Economie
Publié il y a 6 mois - Mise à jour le 11.08.2023 - AS - 2 min  - vu 3189 fois

RÉSEAUX SOCIAUX Marketing d’influence : mesure d’injonction administrative contre la Gardoise Amandine Pellissard

Photo DR Famille Pellissard

Le Service National des Enquêtes de la DGCCRF a constaté, dans le cadre de ses investigations sur le marketing d’influence, que la Gardoise Amandine Pellissard a mis en œuvre des pratiques commerciales trompeuses sur son compte Instagram.

La famille Pellissard qui résidait à Alès s'est fait connaître dans Familles nombreuses : la vie en XXL sur TF1. Amandine, Alexandre et leurs nombreux enfants ont fait la une de l'actualité médiatique depuis leur passage dans cette émission. Après avoir quitté le programme, c'est vers les contenus pour adultes que le couple médiatique s'est tourné.

Dans l'intervalle, ils ont connu un vif succès sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, la page Instagram @amandine.pellissard.off compte près de 400 000 followers. Une audience captive où les amoureux auraient profité pour mettre en oeuvre du marketing d’influence.

C'est ce que semble reprocher le Service National des Enquêtes de la DGCCRF qui a constaté, dans le cadre de ses investigations sur le marketing d’influence, "que Madame Amandine Pellissard a mis en œuvre des pratiques commerciales trompeuses sur le compte Instagram @amandine.pellissard.off (auparavant dénommé @famille.pellissard.tf1).

Ces pratiques commerciales trompeuses consistent à :

  • Donner l’impression qu’un service présenté par l’influenceuse est licite alors qu’il ne l’est pas. En l’espèce, présenter des prestations relevant de la médecine esthétique, telles que des injections d’acide hyaluronique et de botox, réalisées par une prestataire ne disposant pas des qualifications requises pour effectuer de tels actes médicaux, trompe le consommateur sur la licéité du service.
  • Ne pas indiquer le caractère publicitaire des publications (stories) pour lesquelles l’influenceuse reçoit une rémunération ou une contrepartie de la part d’un annonceur. L’absence de cette indication peut laisser croire au consommateur que la recommandation est faite sous l’angle de l’expérience personnelle plutôt que celui d’une publicité rémunérée et ainsi le tromper.

Les pratiques commerciales trompeuses relevées sont interdites et constituent des infractions pénales délictuelles définies aux articles L.121-2 et suivants du code de la consommation."

Une mesure d’injonction administrative a donc été notifiée à la Gardoise Amandine Pellissard, lui ordonnant de cesser ces pratiques.

AS

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio