Éducation
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 05.05.2022 - corentin-migoule - 2 min  - vu 261 fois

L'IMAGE Douze jeunes alésiens formés aux premiers secours

Sous les yeux du formateur Jérôme Vignoly, douze jeunes se forment aux premiers secours. (Photo Corentin Migoule)

Ce jeudi, dans les locaux de la Maison de la jeunesse, 12 jeunes âgés de 11 à 22 ans se forment aux premiers secours sous la houlette du bienveillant Jérome Vignoly, sapeur-pompier professionnel. Une opération financée par Alès Agglo dans le cadre du projet éducatif territorial (PEDT). 

"Pour ma curiosité personnelle, ce sont vos parents qui vous ont incité à vous inscrire à cette formation ou c'est vous qui avez choisi ?", a interrogé Christophe Rivenq, président d'Alès Agglomération, s'adressant à la jeune assistance de la Maison de la jeunesse ce jeudi matin. "C'est moi !", a répondu Illane, sans l'ombre d'une hésitation.

L'adolescent de 14 ans, scolarisé au collège Alphonse-Daudet, est un usager régulier de la structure : "J'ai assisté à l'inauguration quand le maire a coupé le ruban (relire ici). J'ai tout de suite accroché ! J'y viens le week-end quand j'ai du temps", indique celui qui rêve de devenir sapeur-pompier. C'est donc de manière consciencieuse qu'Illane a écouté les conseils prodigués par le formateur Jérôme Vignoly, sapeur-pompier professionnel du centre de secours et d'incendie d'Alès.

Se remettre à niveau régulièrement

"Il nous explique comment réagir en cas d'urgence. Par exemple, lors d'un accident de la route, si un poteau électrique tombe sur notre voiture, il faut couper le courant du réseau EDF pour ne pas s'électrocuter", reprend le collégien. Entièrement financé par l'Agglo dans le cadre du PEDT, le diplôme s'obtient à l'issue d'une journée de formation qui comprend dix modules : malaise, brûlure, étouffement, hémorragie, arrêt cardiaque et perte de connaissance, entre autres.

"On leur apprend à réagir avec lucidité à des situations très concrètes qu'ils pourront expliquer à leurs parents", projette Jérôme Vignaly, lequel conseille d'effectuer une mise à jour de la formation "tous les deux ou trois ans". Sous la surveillance de Ferad Namar, responsable de la Maison de la jeunesse, douze autres jeunes ont été formés aux premiers secours ce lundi. "Le but c'est d'en former le plus possible", prévient le dernier nommé. Une belle initiative à l'approche de l'été synonyme de pic d'activité pour les pompiers gardois.

Corentin Migoule

Corentin Migoule

Éducation

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio