Publié il y a 1 an - Mise à jour le 18.04.2023 - Boris De la Cruz - 2 min  - vu 4249 fois

GARD L'agresseur se réfugie dans les toilettes face à sa compagne "en furie"

Un couple condamné pour des violences conjugales réciproques

Le couple a été condamné, lundi, pour des violences réciproques. 

C'est une affaire avec deux prévenus qui sont également deux victimes. Lundi après-midi, ils ont continué à s'opposer par les mots devant la juridiction répressive nîmoise. On comprend que le couple a partagé plusieurs mois de vie commune, mais que depuis ce 23 octobre 2022, les relations sont coupées. 

Madame, 48 ans, n'aurait pas supporté de ne pas voir revenir son compagnon au bout de 30 minutes comme il l'avait promis ce matin-là. Il est revenu, mais beaucoup plus tard dans la soirée. En croisant des amis en chemin il a pris du temps beaucoup de temps, et il a trouvé ses affaires dans la rues à son retour au domicile. C'est à cet instant que monsieur, 37 ans, va voir rouge et gifle sa compagne. Dans le logement, lorsque les gendarmes arrivent sur place, dans cette commune proche de Nîmes, le désordre ressemble à une tempête et les objets sont cassés à terre. 

Après les violences sur madame, cette dernière aurait pris les choses en main en frappant monsieur avec un chandelier, puis en saisissant un couteau. Il va même se réfugier aux toilettes alors que la dame tambourine avec son couteau. 

"Elle a agi en état de légitime défense, elle a répondu à l'attaque et aux violences de monsieur", estime Maître Anaïs Lopes pour la dame. 

De l'autre côté de la barre, la version est différente. " On a un homme prétendu violent qui est obligé de trouver refuge dans les toilettes. Il a essayé de maîtriser une furie", plaide Maître Jean-Michel Rosello en ciblant la femme. " De plus elle a l'habitude de porter plainte contre ses anciens conjoints", ajoute l'avocat. 

Une femme qui avoue tomber amoureuse d'hommes toxicomanes avec qui il y a ensuite des problèmes relationnels. Pour le substitut du procureur les responsabilités sont partagées et les violences réciproques. 

Le tribunal a renvoyé dos à dos les deux prévenus-victimes en condamnant l'ex couple à 500 euros d'amende chacun. 

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio