Alès-Cévennes
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 05.04.2022 - corentin-migoule - 2 min  - vu 1737 fois

ALÈS Le faubourg du Soleil sera bientôt méconnaissable

Max Roustan et Christophe Rivenq étaient présents pour le lancement du chantier ce lundi matin. (Photo Alès Agglomération)

Le chantier a débuté ce lundi. Il est bien entendu interdit au public. (Photo Corentin Migoule)

Dans le cadre du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU), les quartiers du faubourg du Soleil et de la Grand’rue Jean Moulin s'apprêtent à subir un sacré lifting. Les ­démolitions ont débuté ce lundi 4 avril au matin.

Les habitants du faubourg du Soleil les moins matinaux ont peut-être été réveillés au son des pelleteuses ce lundi 4 avril. La démolition d'un ensemble de bâtiments vieillissants, dont les anciens bars l'Annexe et Le 911, a en effet débuté dans le cadre du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) qui permet à la ville d'Alès, après la signature d'une convention le 17 décembre dernier avec la ministre du Logement (relire ici), de changer le visage du quartier pour la coquette somme de 29 millions d’euros.

L'an dernier, une première tranche de démolitions avait été effectuée, faisant disparaître la désormais ancienne carrosserie Bonnet. À compter du 19 avril, suivra la démolition de huit habitations situées face à l’école maternelle du faubourg du Soleil, au droit de la rue Napoléon. À la demande des riverains, un parc arboré avec des jeux pour enfants y sera érigé, tandis qu'une résidence de 40 logements sera construite sur ces îlots devenus vacants à l’issue du chantier. Aussi, l'aménagement d'un parvis devant l’école contribuera à renforcer la sécurité des usagers qui empruntent cette artère très passante.

De l'autre côté du Gardon, la Grand’rue Jean-Moulin, qui compte 1 500 logements sociaux et 500 logements en copropriété, ne tardera pas à se métamorphoser à son tour avec la destruction de la dalle, une plus grande végétalisation, ou encore la suppression de box de parking pour laisser la place à des commerces. Bref, "on dégoudronne", résume ainsi le maire d'Alès, Max Roustan, tandis que 411 logements sociaux seront réhabilités dans le quartier.

Les Cévennes et les Près-Saint-Jean ne seront pas oubliés par cette impressionnante rénovation urbaine dont le coût total avoisine les 149 millions d’euros, comprenant 52 millions de subventions et de prêts de l’État via l’ANRU, 60 millions d'euros du bailleur social Logis Cévenols, 18 millions d'Alès Agglomération, 6,5 millions de la Ville, ou encore 1,7 million de la Région.

Corentin Migoule

Corentin Migoule

Alès-Cévennes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais