Alès-Cévennes
Publié il y a 17 jours - Mise à jour le 19.11.2022 - Corentin Migoule - 2 min  - vu 266 fois

ÉCONOMIE Un capitaine d'industrie en masterclass à Alès

Le Floch-Prigent

Le Floch-Prigent a livré une conférence au coeur du nouveau Hub créativité de l'IMT Mines Alès. (Photo Corentin Migoule)

Ancien patron d'Elf Aquitaine, de Gaz de France et de la SNCF, entre autres, Loïk Le Floch-Prigent était à Alès ce jeudi à l'invitation du réseau Gard Entreprises. Après une visite de trois fleurons industriels locaux et une séance de dédicaces, l'ingénieur de formation a offert une masterclass "pour en finir avec les idées reçues sur l'énergie et l'industrie". 

Il a d'abord visité trois fleurons de l'industrie cévenole (Recolor, Vega France et Cévennes Confort). Puis Assia Tria, directrice de l'IMT Mines Alès, lui a présenté les plateformes technologiques dédiées à l'innovation qu'abrite le Hub créativité, fraîchement inauguré. Avant qu'il ne s'adonne à une séance de dédicaces de ses derniers ouvrages dans le cadre d'un partenariat avec la librairie Sauramps. 

Le Floch-Prigent a assuré une séance de dédicaces de ses derniers ouvrages, en partenariat avec la librairie Sauramps. (Photo Corentin Migoule)

En bref, Loïk Le Floch-Prigent a passé sa journée du jeudi 17 novembre à Alès, honorant ainsi l'invitation du réseau Gard Entreprises. Une invitation jugée "pertinente" à bien des égards par son président, Jean-Pierre de Faria : "Depuis quelques mois, les entreprises s'inquiètent au sujet de l'énergie. Loïk Le Floch-Prigent, à travers ses ouvrages et son parcours de capitaine d'industrie, a démontré qu'il était en capacité de poser des questions et d'apporter un certain nombre de réponses. C'est ce que j'avais envie de proposer à nos chefs d'entreprises locaux aujourd'hui."

"Quand on me le demande je viens", justifie simplement l'ancien président d'Elf Aquitaine, au CV long comme le bras. "La dernière fois que j'étais venu à l'école des Mines, j'étais PDG de Rhône-Poulenc. C'était il y a près de 40 ans", a précisé cet ardent défenseur du nucléaire. Au coeur d'un scandale politico-financier sous fond de détournement d'argent qui lui a valu de passer plusieurs mois en prison au début des années 2000, le septuagénaire (79 ans) s'est refait la cerise et continue à diriger six PMI, la plupart basées dans sa Bretagne natale.

Le Floch-Prigent
Le Floch-Prigent a livré une conférence au coeur du nouveau Hub créativité de l'IMT Mines Alès. (Photo Corentin Migoule)

Si du côté de Gard Entreprises on reconnait une forme "d'audace" en ayant fait le choix de l'inviter, c'est surtout pour mettre à profit l'expertise de l'ancien patron de Gaz de France en matière d'industrie. Une thématique développée à l'envi par cet observateur averti du monde économique au cours d'une conférence sous forme de masterclass face à une assistance majoritairement composée d'industriels du bassin alésien.

"Je suis pour la réindustrialisation du pays", leur a naturellement indiqué Loïk Le Floch Prigent. "Je souhaite qu'on ait une énergie abondante, bon marché et souveraine", a-t-il maintes fois martelé. "Si on a un prix de l'énergie trop haut, on se met en situation difficile. C'est ce que nous sommes en train de vivre aujourd'hui. Mon combat, c'est que les industriels puissent retrouver un prix de l'énergie compatible avec la compétition internationale", a-t-on pu entendre.

Et le Breton d'enfoncer : "On a édicté des règles dites européennes, acceptées par la France, donc françaises, qui n'ont aucune relation entre le coût de production qui est très bas chez nous, et le prix qui est le plus haut du monde. C'est une absurdité !" Pendant plus d'une heure, cet ancien proche de François Mitterand a verbalement mitraillé le gouvernement actuel : "Les solutions ne sont pas évidentes. Mais si on refuse la réalité et le diagnostic, on ne peut pas les trouver. Or j'ai le sentiment que depuis un certain nombre d'années, on va vers l'inverse des solutions."

Le Floch-Prigent a dit...

- "Le gouvernement organise la pénurie pour gagner plus d'argent" - "L'indépendance, c'est choisir sa dépendance", au sujet de la souveraineté énergétique. - "La meilleure utilisation possible de l'électricité, ça reste le nucléaire et l'hydraulique."

Corentin Migoule

Alès-Cévennes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais