Gard
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 27.09.2022 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 548 fois

EXPRESSO Les débuts laborieux de la Nupes dans le Gard

Les différentes composantes de la Nupes (Nouvelle Union populaire écologique et sociale) ne sont pas en phase sur le fonctionnement de leur nouvelle alliance politique.  

Si elle ne plaît pas à tout le monde, la Nupes a permis à l’ensemble des partis de Gauche de limiter la casse aux élections législatives. Mieux, en quête de visibilité, elle s’est hissée à l'Assemblée nationale au rang de premier parti d’opposition à Emmanuel Macron, raflant la présidence de la commission Finances. Après ce succès électoral, que faire ? Dans le Gard, communistes, Ssocialistes ou encore insoumis aimeraient décliner la Nupes à l’échelle des territoires. Reste à savoir sous quelle forme… 

Ce week-end à Mus, la Nupes a organisé sa « fête populaire », pouvait-on lire sur l'affiche annonçant l'évènement, avec les logos de FI, PS, PCF et des écolos. Le thème du débat : « Comment agir ensemble ? » Une manifestation qui a fait couler un peu de salive... « Les Insoumis ont mis leur logo d’eux-mêmes sans nous demander. On le savait, on n’est pas très étonné que FI veuille garder la main sur la Nupes », estime un socialiste. Avant de rappeler : « La Nupes est un accord législatif et programmatique. Ce n’est pas une nouvelle union que l’on met à toutes les sauces ! D’ailleurs aux Européennes, il n’y aura pas d’alliance autour de la Nupes. »

Un cadre LFI : « Note union est fragile, il faut l’entretenir » 

Certains élus, rompus à l’exercice, voient surtout la volonté de « la FI de garder à tout prix le leadership sur la Nupes. Mais ça ne se passe pas comme ça ! » Assez marrant pour être souligné, c'est exactement ce que reproche un militant FI aux autres partis : « Ce sont plutôt les partis traditionnels qui veulent reprendre la main. Ils ont du mal à comprendre notre fonctionnement, justement parce que nous sommes un groupe d’action sur le terrai. Si on était un peu taquins, on leur rappellerait que grâce à nous, ils ont gardé une présence à l’Assemblée nationale. » Du côté des communistes, leur manque de structuration est un problème : « C’est une organisation un peu gazeuse. Quel sera l'avenir de Nicolas Cadène qui est, lui, une personnalité de la société civile ? »

Aujourd'hui, la France insoumise souhaite « conserver les dynamiques dans les circonscriptions. Au regard de l’instabilité politique à l’Assemblée nationale, on veut être prêts ! Aujourd'hui, notre union est fragile, il faut l'entretenir. » Un communiste Nîmois n'est pas très étonné par ce genre de polémique : « Le problème d’organisation n’est pas nouveau. C’était la même chose avec le front de Gauche. » Parfois, comme certains responsables politiques, l'histoire est têtue.

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

Coralie Mollaret

Gard

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais