Article réservé aux abonnés
Publié il y a 29 jours - Mise à jour le 27.04.2024 - Marie Meunier - 6 min  - vu 9556 fois

FAIT DU JOUR Rencontre avec Jacques de Crussol, duc d’Uzès

Jacques de Crussol d’Uzès devant son portrait.

- Marie Meunier

Restaurer le patrimoine familial, vivre avec son temps et préparer la transmission. Un pied dans le passé, un autre dans le présent, et le regard tourné vers l’avenir, le duc d’Uzès s’occupe de son château, surnommé le "Duché", qui trône en plein centre-ville. Lui, comme sa grand-mère auparavant, a beaucoup œuvré à rénover ce lieu et à lui rendre ses souvenirs égarés. Jacques de Crussol a encore de nombreux projets pour reconstituer l’histoire familiale qui continue de s’écrire à travers les siècles.

Jacques de Crussol est devenu Duc d’Uzès en 2001.  • Marie Meunier

Le mistral souffle fort le jour où nous rencontrons Jacques de Crussol, le 17e duc d’Uzès. Le drapeau rouge et bleu, aux couleurs de la Maison, hissé en haut de la tour Bermonde, flotte dans le ciel azur. « Cela permet aux Uzétiens de voir d’où vient le vent », glisse avec un sourire le Duc. Il aimerait venir plus souvent à Uzès. Il essaie d’être au moins une fois par mois au château, surnommé le “Duché”. Un château de ville qui, à sa connaissance, est le seul à appartenir à sa famille et pas à une commune. Pourtant, ses ancêtres ont perdu puis racheté par deux fois les pierres. Une première en 1824 alors que l’édifice avait été saisi par l’État à la Révolution. Une seconde alors que la famille, ruinée, est contrainte de vendre.

C’était sans compter sur la détermination de la grand-mère de Jacques de Crussol, Marie-Louise Béziers, qui tenait un salon parisien, et qui est devenue par mariage la marquise de Crussol. Elle a pris les choses en main et a par la suite racheté le château, qui a hébergé une école pendant plusieurs années. Elle serait aussi allée “embêter” André Malraux, le ministre des Affaires culturelles – qui fréquentait son salon- pour s’assurer qu’Uzès ait son secteur sauvegardé. Elle a gain de cause dans les années 60. Le centre historique d’Uzès r …

Il vous reste 80% de l'article à lire.

Pour continuer à découvrir l'actualité d'Objectif Gard, abonnez-vous !

Votre abonnement papier et numérique
à partir de 69€ pour 1 an :

  • Votre magazine en version papier et numérique chaque quinzaine dans votre boite aux lettres et en ligne
  • Un accès illimité aux articles exclusifs sur objectifgard.com
Marie Meunier

Gard

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio