Nîmes
Publié il y a 12 jours - Mise à jour le 21.01.2023 - Yannick Pons - 2 min  - vu 567 fois

NÎMES Alfonso Losa, la scène nîmoise accouche d’un chef-d’oeuvre

Alfonso Losa se fige une seconde, son visage s’éclaircit, il jubile

- Yannick Pons

Après l’Andalousie, Grenade et juste avant la Grande-Bretagne, le théâtre de Nîmes proposait ce vendredi soir, Madrid et Alfonso Losa dans le cadre du Festival Flamenco. Le danseur a fait naître, dans son espace créatif, un véritable chef-d’œuvre.

Le madrilène, Alfonso Losa est un passeur entre les maestros et la nouvelle génération de danseurs flamenco. Avec son spectacle "espacio creativo", sous la direction artistique de Rafael Estévez et Valeriano Paños, références de la scène flamenca, il propose un véritable travail d’équipe et de création sur scène.

Concha Jareño change de robe et entame un solo magnifique • Yannick Pons

Le rideau s’ouvre. Alfonso Losa entre seul et emplit la scène. Il semble créer en temps réel, il est la danse. Il alterne crescendos vertigineux et moments de calme, puis il s’arrête. Il se fige une seconde, son visage s’éclaircit, il jubile. Il a trouvé la suite. Alors ses bras s’enroulent et ses pieds martèlent le sol. L’émotion explose. La guitare de Francisco Vinuesa et la sublime voix de Sandra Carrasco se joignent à lui, sur une chaise. Il continue.

Alfonso Losa se fige une seconde, son visage s’éclaircit, il jubile • Yannick Pons

Ses pieds qui caressent le sol, l'intensité du langage corporel et la gestion de l’espace scénique font de chaque image un moment intense, une émotion créative explosive. La voix époustouflante et rocailleuse d’Ismael « El Bola » surgit dans le noir. Le danseur continue, repousse ses limites.

Concha Jareño apparait dans une somptueuse robe rouge

Entre deux phases de braceo, il jette un œil sur le côté gauche de la scène. Quelque chose ou quelqu'un semble l’obnubiler. C’est Concha Jareño qui est là. La danseuse le conduit avec les yeux, mais personne ne la voit. Elle pose finalement les pieds sur scène, vêtue d’une somptueuse robe rouge et elle danse avec lui. Un duo de danse fandango absolument époustouflant, mémorable. L’amour est là, sous nos yeux. L'avez-vous vu ?

L’amour est là, sous nos yeux. L'avez-vous vu ? • Yannick Pons

Un tango suivi d’un piétinement rythmé, puis il passe à une soleá digne des maestros de la danse espagnole. La salle est pleine, le public est conquis. Une dernière pirouette et puis s'en va. Standing ovation, sauf au balcon. Les artistes ont donné leur âme ce soir. La scène de Nîmes, devenu espace créatif pour un temps, a vu naître un véritable chef d’œuvre.

Yannick Pons

Nîmes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais