Nîmes
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 03.12.2022 - Anthony Maurin - 2 min  - vu 555 fois

NÎMES La Ville reparle de l'exode des rapatriés

(Photo Hervé Collignon Archives municipales de Nîmes).

Dans le cadre des événements programmés par la Ville pour commémorer les 60 ans de l’exode des rapatriés d’Algérie, après l’exposition de photos issues du fonds Collignon qui a permis de revivre en images l’arrivée et l’installation, à Nîmes, en 1962, de ceux que l’on appelait les Pieds-Noirs, trois journées permettront de cultiver le devoir de mémoire.

(Photo Hervé Collignon Archives municipales de Nîmes).

Il est l'heure de parler et de commémorer les 60 ans de l’exode des rapatriés (1962-2022) avec plusieurs rendez-vous prévus du dimanche 4 au mardi 6 décembre. Rappelons simplement que quelque 12 000 Français d’Algérie sont arrivés en 1962 dans la cité des Antonin, soit 10 % de la population de la commune à l’époque.

Le dimanche 4 décembre, un moment solennel aura lieu au sanctuaire de Notre-Dame de Santa Cruz (Mas de Mingue). À 11h, une messe sera donnée, avec un dépôt de gerbes au monument aux morts à 12h15. Suivra un moment de convivialité avec un apéritif offert à 12h30, un méchoui organisé par la Ville en partenariat avec les associations de rapatriés de Nîmes (sur inscription) à 13h30, et une intervention du poète Messaoud Gadi, fils de harki, à 15h30.

Bienvenue à Notre-Dame-de-Santa-Cruz, à Nîmes, au Mas de Mingue, au coeur de la garrigue (Photo Anthony Maurin).

Le lundi 5 décembre, à l’occasion de la Journée nationale d’hommage aux morts pour la France pendant la Guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie, de 1952 à 1962, à 11h30 au Monument aux morts (Square du 11 novembre), élus et associatifs se retrouveront pour une prise de parole et un dépôt de gerbes.

Enfin, le mardi 6 décembre à 18h, une conférence ouverte à tous aura lieu. "Les conférenciers tenteront d’expliquer au grand public la vie de ces femmes et de ces hommes à qui l’on a imposé de partir dans un autre pays et qui ont dû tout reconstruire ; qui ils sont, ce qu’ils ont fait, ce qu’ils ont apporté à la ville", note Frédéric Pastor, adjoint délégué aux Festivités, aux rapatriés et aux traditions locales.

Anthony Maurin

Nîmes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais