Publié il y a 1 an - Mise à jour le 11.06.2022 - marie-meunier - 4 min  - vu 1921 fois

REMOULINS Route de Bagnols, stationnement : en juillet, la commune passe en phase test

À compter du 3 juillet, la municipalité de Remoulins teste une nouvelle organisation du stationnement. (Marie Meunier / Objectif Gard)

À partir du 3 juillet, il va y avoir du changement à Remoulins. La circulation sur la route de Bagnols va être modifiée et le stationnement va devenir en partie payant en front de Gardon. Tous ces aménagements sont pour l'instant provisoires et vont être testés pendant plusieurs mois avant d'être pérenniser ou pas. Ils ont été présentés par le maire, Nicolas Cartailler, pendant une réunion publique mercredi soir. 

Aujourd'hui, la route de Bagnols est à double-sens, sujette aux vitesses excessives des automobilistes. Et l'intersection avec la D6100 est compliquée à cause du manque de visibilité et l'ignorance parfois des priorités. Depuis quelques temps, la municipalité a stoppé les feux de circulation à cet endroit et compte sur la signalisation fixe pour fluidifier le trafic. Il y a du mieux mais les soucis de sécurité et de vitesse ne sont toujours pas résolus.

Une portion de la route de Bagnols-sur-Cèze va passer en sens unique. On pourra ressortir de Remoulins par cet axe, mais plus y entrer. (Marie Meunier / Objectif Gard)

La mairie a mené un diagnostic et aussi une étude sur les mobilités et le stationnement, via le dispositif Petite Ville de demain et Bourg-centre. À compter du 3 juillet, cet axe très emprunté va être réaménagé avec des quilles provisoires. L'expérience sera menée jusqu'à l'automne. L'idée, c'est d'installer des feux intelligents, de matérialiser des chicanes pour casser la vitesse et en même temps, de créer des places de stationnement supplémentaires et des cheminements pour les piétons et les cyclistes. Mais le plus gros changement, ce sera le sens de circulation puisque que la route deviendra à sens unique de la D6100 au chemin des Salins (dans le sens Remoulins-Bagnols).

Sept horodateurs vont être installés dans la commune

"L'idée, c'est que les automobilistes, les camions qui viennent des Croisées (Castillon-du-Gard), plutôt que de passer par Remoulins, reprennent l'autoroute", explique Elisabeth Viola, adjointe à l'aménagement et à l'urbanisme. Et le maire, Nicolas Cartailler d'ajouter : "On va voir comment ça réagit, comment les automobilistes se comportent. On veut vérifier que cet aménagement permette bien de casser la vitesse et d'améliorer la gestion des flux, avant de le construire en dur." Une réflexion est aussi entamée sur la route d'Uzès, qui génère d'importants ralentissements à cause des deux tourne-à-gauche peu pratiques.

En juillet, une autre phase test démarrera pour le stationnement. Pour la première fois dans l'histoire de la commune, une partie des places vont devenir payantes. Sept horodateurs vont être installés et concerneront les parkings en front de Gardon. Une décision motivée par les afflux de visiteurs à la belle saison, comme l'explique Elisabeth Viola : "En tant que commune touristique, on triple notre population. En été, on produit une tonne de déchets par jour. Il faut que quelqu'un paye. Aujourd'hui, ces touristes nous coûtent mais ne nous rapportent pas."

Le maire de Remoulins, Nicolas Cartailler, a présenté les phases test dans lesquelles allait s'inscrire la commune pendant plusieurs mois. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Alors plutôt que de répercuter ses dépenses sur les impôts des Remoulinois, la mairie a imaginé ce système de stationnement payant. Les recettes du parking devraient rembourser l'investissement des horodateurs dès la première année. Et ensuite, ce sera de l'argent supplémentaire à injecter pour les projets de la commune. Toutefois, la municipalité a souhaité proposer des tarifs abordables (*). Les résidents, commerçants et salariés de Remoulins pourront également se procurer un macaron résident (**) à coller à l'intérieur du pare-brise. Il leur en coûtera seulement 10€ pour l'année 2022 et leur donnera accès aux zones payantes sans passer par l'horodateur. Ces stationnements seront payants le matin jusqu'à midi et de 14h à 18h, pour ne pas léser les restaurants. Tout défaut de paiement sera sanctionné d'une amende forfaitaire de 35€.

Des stationnements en zone bleue à proximité des commerces et des parkings entièrement gratuits à quelques minutes du centre-ville

Dans le public, la nouvelle est plus ou moins bien accueillie. On s'inquiète des répercussions sur les commerces, sur les invités qui vont devoir payer, sur les infirmiers pendant leur tournée... "Ce sont les gens qui habitent dans les zones les plus paupérisées qui vont être impactés", tonne un habitant. Ce à quoi le maire assure : "L'objectif, ce n'est pas d'enfoncer les gens qui sont déjà en difficulté. On travaillera avec le CCAS si besoin."

Et puis, il reste des stationnements qui seront en zone bleue, et donc limités à une heure gratuite par jour. Idéaux pour faire quelques courses dans les commerces de proximité. Plusieurs parkings resteront bien sûr entièrement gratuits et illimités, notamment ceux de la gendarmerie, de la gare ou du gymnase. Des travaux de fléchage, de marquage au sol sont en train d'être réalisés pour mieux repérer ces emplacements. Cette phase de test devait s'accompagner de la mise en place de la vidéoprotection sur les parkings. À cause d'un souci d'approvisionnement, le déploiement est repoussé à septembre-octobre.

Marie Meunier

(*) Les tarifs du stationnement payant seront votés en conseil municipal la semaine prochaine. Ils seront autour de 3,20€ la demi-journée et de 6,20€ la journée. Un abonnement à la semaine d'environ 15€ sera également disponible.

(**) Chaque macaron résident est associé à une carte grise. Il ne peut être apposé sur un autre véhicule ou reproduit. La police municipale dispose d'un lecteur de plaques pour vérifier qu'il n'y ait pas de fraude. Pour obtenir ce macaron, il faut présenter en mairie, soit un Kbis ou un document URSSAF (pour les commerçants), soit un justificatif de l'employeur (pour les salariés), soit un justificatif de domicile de moins de trois mois (pour les habitants).

Marie Meunier

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio