Publié il y a 1 an - Mise à jour le 20.02.2023 - Anthony Maurin - 2 min  - vu 1474 fois

TOROS Quand les matadors vont au Salon de l'agriculture

Un toro (Photo Archives Anthony Maurin).

Le milieu agricole n'est jamais loin quand on parle de tauromachie, mais les matadors de toros français veulent accentuer l'idée et montent ainsi à la capitale pour nouer des liens.

"Les attaques contre toutes les formes de tauromachies sont de plus en plus nombreuses. Nous les avons défendues avec inquiétude et détermination. Aujourd’hui, est venu le temps de changer l’image erronée de notre passion et d’entendre notre message : nous sommes les vrais écologistes/animalistes", notent les responsables de l'association des matadors de toros français (AMTF).

Pour la première fois de son histoire, une délégation de l'AMTF s’est rendue à Paris le 23 et 24 novembre dernier dans le cadre de la proposition de projet de loi d'Aymeric Caron pour défendre son droit et lutter contre une possible abolition de la corrida.

Un toro (Photo Archives Anthony Maurin).

À cette occasion, elle a été reçue par près de 40 médias locaux et nationaux. Mais cela ne suffit évidemment pas. Place au salon de l'agriculture les 27, 28 et 1er mars 2023.

L’AMTF a donc décidé de poursuivre son travail de rencontres, de discussions, d’exposition du métier de torero, en accompagnant les éleveurs de taureaux braves, Landais et Camarguais à l’occasion du Salon de l’agriculture 2023.

Initiation à la tauromachie (Photo Archives Anthony Maurin).

À nouveau, plusieurs membres de l'association joueront le jeu de la campagne... médiatique et seront ainsi au cœur de l’événement agricole qui valorise la tauromachie au cours d'une démonstration/initiation de "toreo de salon" qu'ils réaliseront sur le stand des cavaliers camarguais le 28/02 à 16h.

Seraient présents au salon de l'agriculture, les éleveurs suivants : Virgil Alexandre (Gard), président des éleveurs de taureaux de combat, Charlotte Yonnet (Bouches-du-Rhône), jeune éleveuse de taureaux de combat, Paola Martin (Pyrénées-Atlantiques), jeune éleveuse de taureaux de combat, Mathieu Vangelisti (Hérault), jeune éleveur de taureaux de combat, Mathieu Noguès (Landes), écarteur et jeune éleveur de vaches de courses landaises ainsi que Benjamin Cuillé (Bouches-du-Rhône), jeune manadier de taureaux Camarguais.

Marc Serrano (Photo Archives Anthony Maurin).

Du côté des maestros, il y aura les habituels Marc Serrano (Gard), président de l'association des matadors français, Julien lescarret (Pyrénées-Atlantiques), secrétaire de l'association des matadors, et Raphaël Raucoule "El Rafi" (Gard).

Le lundi 27 février, tout ce beau monde se mettra à la disposition des médias après-midi et soirée durant pour une rencontre avec les élus sur le stand du département du Gers (Hall 1, 14h-18h) et un passage informel sur le stand des jeunes agriculteurs de France en présence des jeunes éleveurs de taureaux braves, Landais et Camarguais (Hall 4, 14h-18h). Une rencontre aura également lieu avec les élus sur l'espace gastronomique du département des Pyrénées-Atlantiques (Hall 7-1, 19h-22h).

El Rafi (Photo Archives Anthony Maurin).

Le mardi 28 février, nouvelle démonstration et initiation de toreo de salon (passes de capes et toro à roulettes) sur le stand des chevaux de Camargue et une rencontre avec la presse (Hall 6, 16h) ainsi qu'une autre sur le stand des Jeunes agriculteurs de France en présence des jeunes éleveurs de taureaux braves et Camarguais (Hall 4, 10h-18h). Enfin, une rencontre avec les élus sur le stand des départements du Gard, des Bouches-du-Rhône, des Pyrénées-Atlantiques, Hall 1, 10h-18h.

Le mercredi 1er mars, place à la dernière grande démonstration et à l'initiation de toreo de salon sur le stand des chevaux de Camargue et rencontre avec la presse (Hall 6, 10h-12h) et les élus sur le stand des départements des Landes (Hall 1, 10h- 12h).

Art et nature (Photo Archives Anthony Maurin).

Anthony Maurin

Gard

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio