Politique
Publié il y a 22 jours - Mise à jour le 18.11.2022 - Coralie Mollaret - 2 min  - vu 418 fois

EXPRESSO Beaucaire : la crèche de Noël, le retour !

C'est devenu un rituel... Depuis 2014, date de son élection, le maire Rassemblement national de Beaucaire, Julien Sanchez, installe une crèche de Noël dans la mairie. Et systématiquement, la préfecture l’attaque en justice pour non-respect du principe de laïcité.

Depuis huit ans, Julien Sanchez est maire de Beaucaire. Arrivé dans le Gard en 2012, le frontiste a travaillé dur pour se faire une place dans le mondillo politique. D’après notre sondage OpinionWay, le jeune homme de 39 ans est aujourd'hui la 3e personnalité politique préférée des Gardois, derrière le maire d'Alès et celui de Nîmes.

La clef de son succès ? Invité mercredi soir dans notre émission Le Club Objectif Gard (relire ici), l’intéressé l’explique par sa présence sur le territoire : « Je suis partout et je parle à tout le monde ! » Ce n'est toutefois pas le seul secret de Julien Sanchez. Le responsable politique - qui dans sa jeunesse souhaitait devenir journaliste - a un certain talent pour faire parler de lui.

C’est le cas notamment avec la crèche de Noël, installée dans l'hôtel de ville et qui fait, chaque année, polémique. « La crèche en Provence, c’est une tradition comme les treize desserts et plein d’autres choses… ! Il y a une scène de la nativité évidemment, mais ce n’est pas qu’une scène de la nativité puisque nous avons plus de 250 santons ! », justifiait Julien Sanchez sur notre plateau.

Julien Sanchez retoqué par le Conseil d'État 

Cette position n'est pas partagée par la préfecture du Gard, garante du respect des lois. Depuis 2014, celle-ci attaque la mairie en justice pour non-respect du principe de neutralité de l’État vis-à-vis des religions. D'ailleurs ce mercredi, le Conseil d'État a confirmé une décision du tribunal administratif de Nîmes, datant de 2020. Les juges nîmois ont donné raison à la préfecure, ordonnant au maire de retirer sa crèche. 

Cette année, Julien Sanchez a fait délibérer son CCAS (Centre communal d’action sociale) - et non le conseil municipal - pour l’installation de la crèche. Le sujet de la crèche, ô combien clivant, permet donc à Julien Sanchez de faire parler de lui mais aussi de susciter l’adhésion d’une partie de l’opinion.

Pour autant, il n’est point ici question de religion mais de respect de la législation. D’ailleurs à l'approche des fêtes, plétore de communes participent à des manifestations à connotation religieuse. C'est le cas de Saint-Gilles qui, le 17 décembre, organise une crèche vivante place de l'abbatiale....  Mais à l’extérieur de la mairie. 

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais