Publié il y a 1 an - Mise à jour le 16.09.2022 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 894 fois

EXPRESSO Ces mairies qui prévoient de restreindre leur éclairage public

Photo d'illustration de l'éclairage public (Droits réservés/ Vile de Vauvert)

Les communes de la Vaunage participeront, le 15 octobre de 19h30 à 22h, à l’opération Le jour de la nuit. Une action de sensibilisation à la pollution lumineuse qui est aussi vecteur d’économies pour les communes impactées par la hausse des prix de l’énergie. 

C’est une opération qui, plus que jamais, prend tout son sens. Le 15 octobre prochain, les communes de la Vaunage participeront à l’opération nationale Le jour de la nuit. Déclinée par Nîmes métropole, cette action consiste à éteindre l’éclairage public de 19h30 à 22h. Une balade contée sera proposée afin d’observer les étoiles, cachées le plus souvent par les lumières qui s’échappent des territoires urbanisés. Avec la guerre en Ukraine et la hausse du prix de l’énergie, cette action fait figure de test pour l’extinction de l’éclairage public la nuit. 

À Clarensac, commune de 4 300 habitants, la mairie a été frappée de plein fouet par la hausse des prix de l’énergie. Dans le cadre de la préparation du budget 2023, les élus recherchent des pistes d’économies : « Aujourd’hui, l’éclairage public représente 40 % de notre budget énergie », annonce le maire Patrick Gervais. Il poursuit : « Nous allons voir, en fonction du degré d’acceptabilité des habitants, s’il est possible d’éteindre les lampadaires le soir, de minuit ou 1 heures à 5 heures du matin, par exemple. »

Des économies de bouts de chandelles

Ce jeudi, le maire de Langlade, Gaëtan Prevoteau, a pris rendez-vous avec son prestataire EDF Collectivités : « En juillet, on nous a annoncé que notre facture allait passer de 90 000 € à 225 000 € soit une hausse de 2,5 fois. » Problème à Langlade : « Notre éclairage est déjà à moitié en LED et nous diminuons déjà l’intensité de 30 % de 22 heures à 5 heures du matin. » Si la commune éteignait tous ses feux, « ça nous ferait économiser 5 000 €, ce n’est pas énorme », indique le maire, espérant trouver au plus vite d'autres « solutions » pour faire baisser sa facture. 

À l’est de Nîmes métropole, le maire de Marguerittes, Rémi Nicolas, a failli s’étouffer en ouvrant sa facture d’électricité : « Notre budget va être multiplié par trois au premier janvier 2023, passant de 300 000€ à 1 M€ ! Pourtant, nous avions baissé notre consommation d’électricité sur l’éclairage public de 80% avec la mise en place de LED. » L'élu marguerittois entend ainsi participer à l’opération Le jour de la nuit, en éteignant ses lampadaires, de minuit à 5 heures du matin. Son expérimentation pourrait durer une à deux semaines, sachant qu’aujourd’hui, « on sait que l’obscurité n’augmente pas l’insécurité. On l'a vu ailleurs ». 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

Lire aussi : FAIT DU JOUR Les collectivités face à la menace de l’explosion des prix de l’électricité

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio