Publié il y a 1 an - Mise à jour le 20.01.2023 - Coralie Mollaret  - 2 min  - vu 624 fois

EXPRESSO Département : la majorité divisée sur le retour aux 90 km/h

(Photo : Droits réservés / Conseil départemental)

La présidente PS, Françoise Laurent-Perrigot, se dit favorable au retour des 90 km/h sur certaines routes départementales. Un avis qui n'est pas partagé par tous les élus de son groupe Républicain socialiste et écologiste. 

Ce jeudi matin, certains élus départementaux se sont étouffés en apprenant par la chaîne d'information CNews que « le Gard sera le 46e département à rebasculer aux 90km/h ». Visiblement, les principaux intéressés - à savoir les élus départementaux - n'étaient pas au courant ! Ce sont pourtant eux qui, au travers de la compétence du réseau secondaire routier du Département, ont la légitimité de réclamer à l'État un retour aux 90km/h. 

Lève-tôt, la conseillère départementale Nathalie Nury s'est empressée de partager la nouvelle. L'édile l'a fait via une messagerie interne dédiée au groupe majoritaire "Républicain socialiste et écologiste". L’info n'a pas franchement fait plaisir à Christophe Serre, président de groupe qui, en réaction, balance : « Je ne savais pas que c’étaient les journalistes qui décidaient ». Et d'assurer, de toute façon, qu'« il n’y aura pas la majorité dans notre groupe pour repasser à 90km/h ».

Perrigot et Serre pas sur la même route !

L'abaissement de la vitesse a été décidée en juillet 2018 par Emmanuel Macron. Un an plus tard, lors du Grand débat national, le Président a lâché du lest. Une manière de renouer avec les élus locaux dont certains voyaient d'un très mauvais œil cette décision imposée par Paris. Ce fut le cas de l'élu de Droite, aujourd'hui sénateur, Laurent Burgoa qui s’était prononcé pour un retour aux 90 km/h lors de la campagne des élections départementales de 2021. 

Élue du canton rural de Quissac, la présidente Françoise Laurent-Perrigot partage cette position. Seulement, en 2022, le Gard a connu une année record en termes de mortalité routière avec une soixantaine de décès. « Certains élus sont frileux à l’idée de rehausser la vitesse. Beaucoup ne veulent pas prendre cette responsabilité », commente un conseiller départemental. C’était d’ailleurs le cas de Denis Bouad, ex-président de la collectivité. 

Actuellement, les services du Département répertorient les routes qui pourraient basculer. Certains axes, traversant le département de l’Hérault repassé à 90km/h et celui du Gard, pourraient être harmonisés. « Pour l’instant, rien n’est fait. D’ailleurs, ce n’est pas le Département qui décide seul. Ces propositions sont soumises à l’aval de la préfecture », poursuit l’une de nos sources. Et aussi aux élus de la majorité, non ?

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio