Publié il y a 1 an - Mise à jour le 17.12.2022 - Marie Meunier - 4 min  - vu 579 fois

FAIT DU JOUR La grande consultation citoyenne "Villeneuve demain" enchaîne les polémiques

premier atelier consultation citoyenne villeneuve demain

Lors du premier atelier de la consultation citoyenne "Villeneuve demain". 90 participants étaients présents.

- photo Marie Meunier

Il y a quelques mois, la municipalité de Villeneuve-lez-Avignon a lancé une grande consultation citoyenne "Villeneuve demain". L'idée étant d'aboutir à une réflexion collective pour imaginer le projet pour la Ville jusqu'à l'horizon 2040. Mais déjà la démarche enchaîne les critiques et les polémiques. 

Le programme prévoit trois ateliers de travail avec les habitants mais aussi des questionnaires où chaque Villeneuvois a pu dire, quelles sont, selon lui, les atouts, faiblesses, opportunités et menaces de la ville. Déjà le choix du vocable "menace" n'a pas fait l'unanimité. Jeudi soir, en conseil municipal, l'élu d'opposition Morgan Buisson lançait railleur : "Vous sentez-vous menacée ? Si oui par qui ou par quoi ? Ce terme, particulièrement connoté et anxiogène, (...) n’est pas neutre et influence la qualité des réponses formulées."

Mais la polémique ne s'est pas arrêtée à cette unique question sémantique. À l'issue du premier atelier, la municipalité a rédigé une synthèse des réponses données par les Villeneuvois. Dans la catégorie "menaces" justement, il est marqué : "Développement du tramway risquant d’entraîner l’afflux de personnes indésirables (...)". De l'autre côté du Rhône, la formulation a "profondément choqué", comme l'a rapporté la maire d'Avignon, Cécile Helle, lors du dernier conseil communautaire.

Un extrait de l'annexe à la synthèse du premier atelier "Villeneuve demain" • Capture d'écran

"Je ne sais pas comment on doit interpréter ce propos là ? Sachant que le tram ne concerne que la commune d'Avignon, est-ce que ça sous-entend que les Avignonnais et Avignonnaises sont des personnes indésirables ? (...) Peut-être est-ce une maladresse mais il y en a des plus porteuses de sens que d'autres...", a taclé l'édile à l'attention de Xavier Belleville, premier adjoint villeneuvois et aussi vice-président au Grand Avignon. 

"Est-ce que je partage ces propos ? Non. Mais on ne doit pas verrouiller la parole des habitants."

Un peu pris de court, ce dernier a répondu "qu'il aurait été plus courtois" de s'adresser directement à la maire de Villeneuve, Pascale Bories (absente lors de la séance, NDLR). C'est pourtant Xavier Belleville, lui-même, qui a piloté toute la consultation citoyenne. Dans la salle, le petit duel avigno-villeneuvois fait réagir, des "oh" s'élèvent. Xavier Belleville s'est justifié : "Quand on fait une consultation citoyenne, il faut aller jusqu'au bout. (...) Face à nos citoyens qui expriment des inquiétudes, doit-on les mettre de côté ou les écouter ? (...) Est-ce que je partage ces propos ? Non. Mais on ne doit pas verrouiller la parole des habitants."

Les opposants villeneuvois ont remis le sujet sur la table ce jeudi, au conseil municipal. La maire a rétorqué : "J'entends que certains souhaiteraient que nous censurions certaines contributions issues des ateliers. Ces réactions ne font nullement avancer le débat démocratique. Au contraire, ce type de stigmatisations amène nos concitoyens à s’abstenir ou à s'exprimer par le vote extrême."

Questionnaires adressés aux élèves, s'agit-il d'une "dimension propagandiste" ?

Un peu plus tôt, en novembre, la consultation citoyenne avait déjà fait parler d'elle. Comme l'avaient rapporté nos confrères de Vaucluse Matin, des questionnaires avaient été distribués aux élèves dans le collège du Mourion, notamment. Et le service scolarité du lycée a aussi envoyé un mail "à la demande de la mairie" contenant le lien Internet pour répondre à la consultation en ligne.

La méthode n'a pas été vue d'un très bon oeil, notamment au sein du corps enseignant. L'élu d'opposition "Union citoyenne Villeneuve", Florent Lemont, estime qu'il "s’agit d’une démarche politique menée par une majorité élue. L’approche des citoyens sur le sujet devrait donc passer par la sollicitation des moyens de communication internes de la mairie et non pas par l’utilisation du détournement d’autres acteurs publics". Et d'ajouter : "On entre dans une dimension propagandiste mettant en situation hasardeuse les structures qui, pour entretenir de bonnes relations, acceptent de relayer aux étudiants ou aux parents d’élèves des questionnaires dont la rédaction est parfois très orientée."

Capture d'écran de mail (DR)

Interpellée à ce sujet lors du conseil municipal, Pascale Bories a argué : "On s'inquiète que les jeunes ne participent pas à la vie démocratique et quand on le fait, on est critiqué. "Villeneuve Demain" sera fait par les jeunes d'aujourd'hui. Si vous vous étiez arrêté sur leurs contributions, 23 issues du collège, vous auriez remarqué que, contrairement à leurs aînés, ils priorisent le réchauffement climatique comme une menace, ce qui est une satisfaction." Dans un précédent communiqué, la première magistrate avait précisé : "Pour garantir une neutralité, nous avons décidé de faire appel à des experts indépendants (le cabinet Nicaya, NDLR), retenus à la suite d’une procédure de mise en concurrence."

La démarche citoyenne est bonne mais pas la méthode

Aux yeux de l'opposition villeneuvoise, la démarche est bonne mais la méthode à revoir. Avant même le départ de la consultation, une exposition "Villeneuve hier" avait été organisée pour permettre aux habitants de bien s'approprier l'histoire de la commune et pour avoir toutes les cartes en main pour imaginer "Villeneuve demain". Petit hic relevé par La Provence : toute une période ne figure pas sur les panneaux.

Le journal relate : "Certains Villeneuvois parmi les plus anciens regrettent toutefois que cet inventaire couvre uniquement les 30 dernières années en oubliant de citer certains projets importants initiés par les municipalités précédentes notamment depuis les lois de décentralisation, comme la création du musée Pierre de Luxembourg, la renaissance de La Chartreuse ou encore le lancement de la réhabilitation de la Collégiale pour laquelle la commune a reçu le ruban du patrimoine." Quand même... Le troisième atelier de la consultation se déroulera le 7 mars 2023 pour valider collectivement les futures orientations de la commune. 

Marie Meunier

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio