Publié il y a 11 mois - Mise à jour le 20.08.2023 - Anthony Maurin - 3 min  - vu 652 fois

NÎMES L’écologie lance les débats pour les élections européennes 2024

Jean-Marc Governatori (Photo Anthony Maurin).

Jean-Marc Governatori, coprésident Écologie au centre et élu écologiste niçois, sera candidat pour la liste Écologie au centre aux prochaines élections européennes 2024.

Jean-Marc Governatori (Photo Anthony Maurin).

« Ni écoviolence, ni EELV, ni macronie, ni NUPES, Ni RN » c’est écrit en gros sur le site Internet du parti né en 2004.

C’est Jean-Marc Governatori qui lance donc les Européennes 2024. Tôt, très tôt. Mais il a l’habitude des campagnes de longue haleine. Celui qui avait été candidat à la candidature écolo l’an dernier revient en scène avec un parti qui n’est pas EELV.

« Nous avons changé de nom en 2019 mais ce parti se présente à toutes les élections, sauf la présidentielle car c’est trop compliqué d’avoir les parrainages. J’ai un CV atypique, et nous sommes trois élus à coanimer notre parti. »

Finalement, l’analyse de Governatori est la suivante. L’écologie n’est pas de Gauche et les membres d’EELV ne mettent pas l’écologie au centre de leurs propositions. Pire, ils vont contre. « Nous sommes le premier mouvement écologiste Français car EELV s’est fondue dans la NUPES aux dernières élections. Nous étions associés à Corine Lepage en 2022, nous avons présenté 200 candidats contre 100 pour EELV. L’écologie est à Gauche depuis 30 ans mais nous pensons qu’elle est tueuse d’écologie car elle limite l’électorat. C’est pour cela que Jadot s’est planté à la Présidentielle. Il faut parler à tous les électeurs, l’histoire aurait été différente. »

Jean-Marc Governatori et Zakaria Moukite à Nîmes en août 2021 quand le candidat candidatait pour la primaire écologiste à la Présidentielle 2022 (Photo Archives Anthony Maurin).

Et pour les Européennes, les chances de ne pas perdre sont plus grandes. Sans gagner on peut jouer et rafler la mise. « Il faut faire 5 % pour avoir cinq députés et en 2021 en PACA c’est le score que j’ai fait alors que la PACA vote le moins écolo de France ! Si on reproduit ce score en juin 2024 on aura une révolution dans le paysage politique français. Nous mettons l’écologie au centre, j’ai écrit 14 livres sur l’écologie et je démontre que c’est un projet, complet, de société. »

Autonomie, un point c'est tout !

Communisme, libéralisme, socialisme… Tout est hors de propos, dépassé pour Governatori et les siens. Pour le prouver, 300 propositions. Une dizaine, plus fortes ou prioritaires, sera détaillée. Par exemple ? L’interconnexion des réseaux éclectiques d’Europe ou encore la création d’une maison de semences pour chacune des 242 régions d’Europe.

Quoi d’autre ? « Pourquoi le travail manuel est capital ? Les manuels couvrent tout… La rénovation énergétique, la réparation et le recyclage. C’est l’économie circulaire, il faut des travailleurs manuels, redonner une aura à la paysannerie et assurer à la France l’autonomie alimentaire. »

Jean-Marc Governatori (Photo Anthony Maurin).

La liste aura à cœur de répéter les mêmes axes. Ici, c’est l’autonomie qui prime. Autonomie alimentaire, donc, mais aussi autonomie énergétique et autonomie en tout genre. « Les fous ont pris le contrôle de l’asile… On marche sur la tête ! Le centrisme, c’est l’avenir, on n’a pas d’état d’âme entre la Gauche républicaine et la Droite républicaine. Je suis pour le bien commun ! L’autonomie, on n’a que ce mot à la bouche, l’autonomie. »

Positionnement et espérance

Même si l’Europe ne passionne pas les Français et que ces échéances électorales connaissent un réel désamour, Jean-Marc Governtori fait la tournée des popottes. En train. Il est contre la voiture électrique à cause de la pollution qu’elle dégage et est végétarien. Il ne comprend pas qu’un écologiste voulant aller à l’Élysée puisse manger du foie gras.

Son budget de campagne ? « Il est de deux millions d’euros qui seront autofinancés comme toujours depuis 20 ans. J’adore la SNCF, 82 % des trains arrivent à l’heure et je fais des milliers de kilomètres par semaine ! Si les politiques avaient un taux de réussite aussi important que 82 % ça serait bien ! Être contre l’Europe est un problème de pédagogie. Le monde est porté par des surpuissants dont la Russie et la Chine qui n’ont pas de contrepouvoir. C’est une réalité ! Elon Musk et Jeff Bezos se sont appropriés l’orbite basse avec les télécommunications de demain quand l’UE est seulement en orbite haute... Aller voter prend une trentaine de minutes ! Sinon, ne vous plaignez pas. Nous nous sommes lancés, nous allons faire de plus en plus fort. Dans le Gard nous referons quelque chose en janvier 2024 avec le comité local. »

Anthony Maurin

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio