Faits DiversFaits divers.

CADEROUSSE : DEUX GARDOIS ONT PÉRI NOYÉ DANS LEUR VOITURE

Depuis leur sortie à la discothèque "La Sphère" de Bagnols-sur-Cèze, samedi soir,  Falik Ben Ahmed, Roquemaurois âgé de 26 ans et Élodie Rabiera, Sauveterroise de 25 ans, n'avaient plus donné de nouvelles à leurs proches. Le dernier signe de vie, c'est le frère de Fikli qui l'a reçu via un SMS, aux alentours de 4 heures dans la nuit de samedi à dimanche. Et pour cause, les deux amis Gardois ont été retrouvés morts dans leur voiture au fond du Rhône à hauteur de Caderousse dans le Vaucluse, mardi 28 février.

S'inquiétant de ne pas avoir de nouvelles, les parents de Falik Ben Ahmed signalent sa disparition à la gendarmerie de Roquemaure, lundi, dans le courant de l'après-midi précisant que les deux jeunes gens étaient partis samedi soir au volant d'une Opel Corsa, en direction de la discothèque "La Sphère" à Bagnols-sur-Cèze.

Coïncidence ou pas, lors de cette même journée, un employé de la Compagnie nationale du Rhône signale une lourde dégradation de la barrière de sécurité dressée le long du pont traversant le Rhône à Caderousse. Dépêchée sur place pour un simple exercice de constattion, la brigade de gendarmerie de Châteauneuf-du-Pape lance, comme le veut la procédure, un signalement aux compagnies et brigades de gendarmerie voisines, en vue de lier cet événement à une éventuelle affaire de disparition.

Et ce lien entre la disparition des deux Gardois et ce muret fortement dégradé sur une route qui relie Bagnols-sur-Cèze à Roquemaure. Tout coïncide. La brigade de recherche de la gendarmerie d'Orange commence alors ses investigations à l'aide d'un hélicoptère, puis accompagné des plongeurs qui vont sonder le Rhône à plus de 15 mètres de profondeur. Ce n'est qu'en fin d'après-midi, qu'ils trouveront l'Opel Corsa avec à l'intérieur les corps de Falik et Élodie.

D'après les premiers éléments de l'enquête, c'est un simple mais tragique accident de la circulation qui aurait fait plonger les deux amis Gardois à bord de leur véhicule au fond du Rhône.

 

Si la gendarmerie n’est au départ intervenue que pour vérifier une hypothèse, l’issue s’est avérée dramatique.
Hier, il aura néanmoins fallu une journée de travail aux enquêteurs pour pouvoir constater le décès de deux Gardois, Fikli Ben Ahmed, Roquemaurois âgé de 26 ans et Elodie Rabiera, Sauveterroise de 25 ans, qui ne rentreront jamais de leur soirée en discothèque. Tragiquement morts noyés dans le Rhône.
Les dernières nouvelles de ces deux amis proviennent d’un SMS reçu par le frère de Fikli, vers 4<ET>heures du matin dans la nuit de samedi à dimanche. La soirée était terminée, ils reprenaient la route vers Roquemaure depuis "La Sphère", la boîte de nuit de Bagnols-sur-Cèze. Depuis, malgré les coups de fil répétés des proches, la messagerie de leur portable respectif restait désespérément activée. Et c’est après plus de 24 heures de silence que les parents de Falik Ben Ahmed ont décidé de signaler sa disparition à la gendarmerie de Roquemaure, lundi dans l’après-midi.
Un lien établi entre
deux signalements
Dans le même temps, à Caderousse, un employé de la Compagnie nationale du Rhône, repère la rupture d’une partie du parapet du pont traversant le fleuve, sous lequel est érigé un barrage de dérivation. La brigade de gendarmerie de Châteauneuf-du-Pape vient alors constater les dégâts, provenant d’un probable accident de la route, et lance sur les départements voisins un signalement, afin de le lier à une éventuelle disparition.
Hier matin, le lien est établi entre l’absence prolongée de ces deux Gardois et cette énigmatique détérioration de la barrière de sécurité, surplombant le Rhône. D’autant que les victimes avaient pour habitude d’emprunter cette route entre Bagnols et Roquemaure.
Dès 10<ET>heures, la brigade de recherche de la gendarmerie d’Orange investit les lieux. Une brèche sur le trottoir laisse présager le choc d’une roue de véhicule. Dans la matinée, l’hélicoptère de la gendarmerie vauclusienne est dépêché afin d’observer le fleuve depuis le ciel et tenter d’y distinguer une épave. En vain... Entre 15 à 18<ET>mètres de profondeur sont estimés à ce niveau.Mais le doute va s’estomper lorsqu’un agent des routes du Conseil général signale avoir retrouvé, la veille, une pièce d’automobile provenant d’une Opel. Car c’est bien à bord d’une Opel Corsa, que les Gardois ont pris la route.
Vers 16h30, les plongeurs repèrent une voiture gisant au fond du Rhône. Le véhicule est extrait. Les deux corps se trouvaient toujours à l’intérieur.

1 commentaire sur “CADEROUSSE : DEUX GARDOIS ONT PÉRI NOYÉ DANS LEUR VOITURE”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité