A la une

SAINTE-GENEVIÈVE. La symphonie anticonformiste des gendarmes…

Photo DR/S.Ma
Photo DR/S.Ma
Le Colonel Poty, Hugues Bousiges, préfet du Gard, l'adjoint au maire, Richard Tibérino, la députée Françoise Dumas et le président du déparrement, Damien Alary. Photo DR/S.Ma

Après la Tactique du gendarme de Bourvil, voici donc venue La symphonie de la gendarmerie du Colonel Pierre Poty, commandant du groupement de gendarmerie du Gard. Ce mercredi 27 novembre, les gendarmes du Gard ont célébré la fête de leur patronne, Sainte-Geneviève. Lors de la cérémonie bien orchestrée, le n°1 des gendarmes gardois a dérogé à la règle, à la tradition... Une première fausse note ? Pas du tout, la partition du Colonel avait pour vocation de titiller les zygomatiques du préfet du Gard, qui faisait-là l'une de ses dernières apparitions avant son départ en retraite ; tout en valorisant bien sûr le travail de ses équipes. "Les gendarmes ne font rien comme les autres ! Ils travaillent en fait en musique !" a commencé le Colonel. Le rythme dans la peau et surtout dans leur travail, les gendarmes ont à peine le temps de souffler qu'il faut repartir pour une nouvelle danse, comprenez, les (vrais) jours de repos se font rares. "Sur cette rythmique assez enlevée, il faut désormais une mélodie ! Notre répertoire est assez vaste puisqu'il s'agit pour nous d'être capable de passer de la comptine avec la brigade de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ), au Heavy metal ou à la musique de Mad Max avec la brigade de recherche et d'intervention." Et pour que ce répertoire soit joué avec la plus grande justesse, il y a bien sûr "les chanteurs solo, la BPDJ et la brigade nautique côtière", "les chefs de chœur : les commandants de compagnie", "les choristes : les unités territoriales. Les voix sont assez diverses, depuis les voix de basse que sont les brigades de Marguerittes ou la Cob de Vauvert fortes respectivement de 28 et 56 militaires, jusqu'aux Soprano comme Trèves ou Genolhac qui comptent seulement six militaires. Je me demande même parfois si ces petites unités où la vie n'est pas toujours facile ne sont pas en fait des castrats tant leur voix est faible dans le tumulte assourdissant de la délinquance." Quelques instruments pour accompagner les voix : les violons comprenez les représentants du personnel, les batteries pour les pelotons de surveillance et d'intervention de gendarmerie des cinq compagnies du Gard. "Ils ont une spécialité, c'est le réveil à 6 heures avec l'ouverture de porte au bélier, c'est radical pour bien commencer la journée !" Il y a aussi les "guitaristes aux cheveux longs : vous les aurez reconnu, ce sont les adeptes de la boucle d'oreille et du cheveux rebelle."

Mais pour qu'un orchestre produit par trois ministères différents (Intérieur, Justice et Défense) puisse se faire entendre au mieux auprès de son public, il lui faut une salle de spectacle qui le permette. Là les instruments se désaccordent. Le chef d'orchestre de la gendarmerie du Gard se ravie d'avoir quelques brigades flambants neuves mais pointe du doigt "Bagnols, Montfrin, Sommières, Lussan, Genolhac, Le Vigan, Roquemaure etc, pour ne citer qu'elles, qui sont pour le moins vétustes." Le message est passé à qui voudra l'entendre !

Les belles enquêtes

Humour et allégorie mis à part, le Colonel a tenu à rappeler à la mémoire de tous quelques belles enquêtes qui ont fait le succès du groupement de gendarmerie du Gard : l'affaire mineur 30 conduite par la compagnie de Vauvert et ayant résulté à l'interpellation de membres de pays de l'Est exploitant des mineurs pour commettre des cambriolages dans tout le sus-est. Une autre affaire de 140 cambriolages commis par une bande organisée, résolue par la compagnie de Bagnols-sur-Cèze, l'affaire de contrefaçon de parfums initiée par la compagnie de Nîmes mais aussi l'interpellation par la compagnie d'Alès de nombreux malfaiteurs organisés et déterminés auteurs de plusieurs vols à main armés dans le secteur d'Alès. Et le démantèlement d'un beau trafic de produits stupéfiants par la compagnie du Vigan sur le secteur d'Alès etc.

Le clin d'oeil

Au terme des propos du Colonel Poty, Hugues Bousiges, le préfet du Gard, se pliant "à une tradition militaire ancestrale" paraît-il, a été décoré du titre de gendarme d'honneur du département du Gard.

S.Ma

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité