ActualitésPolitique

VILLENEUVE Majorité et opposition s’écharpent sur le règlement intérieur et les caméras de vidéo-protection

Lors du conseil municipal, jeudi soir (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Lors du conseil municipal, jeudi soir (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Lors du conseil municipal, jeudi soir (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le conseil municipal de Villeneuve, qui se tenait jeudi soir en mairie, a été une nouvelle fois le théâtre d’échanges quelque peu houleux entre la majorité et l’opposition.

Cette fois-ci, c’est la question numéro 7, concernant une modification du règlement intérieur du conseil municipal, qui a été au cœur du débat. Sous ces termes techniques, il s’agissait d’annuler la délibération du 26 novembre dernier limitant à deux le nombre de questions orales. Une annulation demandée par la préfecture.

« Pas un mensonge, mais une mythomanie »

C’est une simple phrase, figurant dans la délibération, qui a mis le feu aux poudres. Cette phrase indique que « dès la séance du conseil municipal du 18 décembre dernier (…) il a été convenu de revenir sur la limite formelle de leur quantité. » De quoi provoquer l’ire du conseiller municipal communiste Dominique Declosmenil : « ce n’est pas un mensonge, mais une mythomanie, c’est à dire une tendance pathologique à l’affabulation. » Le maire Jean-Marc Roubaud le coupe alors pour lancer « Je vous demande de rester poli ! Je ne tolèrerai rien ! »

Le conseiller d’opposition va continuer son propos pour affirmer qu’« il n’a jamais été convenu quoi que ce soit lors de ce conseil municipal (…) il vous a été répondu que la décision était entre les mains du préfet. » Jean-Marc Roubaud admettra ensuite qu’« il a été convenu au sein de la majorité », avant d’estimer que « les déclarations insultantes, c’est inadmissible. Je n’ai pas de leçons de démocratie à recevoir. »

La conseillère municipal d’opposition Monique Novaretti va alors appuyer son collègue communiste, estimant que « quand vous dites que ça a été convenu, c’est un mensonge. Inutile de vous faire le grand défenseur de la liberté d’expression que vous n’êtes pas. »

Jean-Marc Roubaud clora le débat en indiquant « prendre acte des déclarations » et en répétant que « les débats au sein du conseil municipal, ça s’organise, ce n’est pas n’importe quoi. » La délibération sera votée à l’unanimité.

« Big Brother, ça ne me branche pas »

Une autre délibération, sur la demande de subventions à l’Etat pour la vidéo-protection, fera quelques minutes plus tard l’objet de nouveaux débats. Le projet, qui compte une tranche ferme et 9 tranches conditionnelles, vise notamment à installer des caméras sur plusieurs giratoires et carrefours.

« Je ne vois pas l’intérêt de dépenser de l’argent pour protéger des carrefours, nous voterons contre », lance Monique Novaretti, avant que le maire rappelle que « les délinquants passent par les carrefours pour s’enfuir. »

Pas de quoi convaincre Dominique Declosmenil, pour qui « les cambriolages se produisent derrière les murets », agaçant Jean-Marc Roubaud : « Donc on ne fait rien ! Merci pour cette position courageuse. » « Big Brother, ça ne me branche pas », lui répondra le conseiller communiste, qui sera le seul à voter contre, Monique Novaretti et Florent Lemont (par procuration) s’abstenant.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

34 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité