Culture

BAGNOLS Avec « Quentin Woody Steven et Moi », Nicolas Maury triomphe à domicile

Nicolas Maury (à D.) en compagnie des acteurs de la pièce, à l'issue de la représentation hier soir à la Pyramide de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Nicolas Maury (à D.) en compagnie des acteurs de la pièce, à l'issue de la représentation hier soir à la Pyramide de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La salle de la Pyramide du centre culturel de Bagnols était pleine à craquer hier soir pour l’unique représentation de la pièce de l’auteur bagnolais Nicolas Maury « Quentin Woody Steven et Moi ».

Une pièce créée au festival Off d’Avignon l’an passé et qui se joue au théâtre du Petit Hébertot de Paris depuis déjà plusieurs semaines devant un nombreux public.

Comme les avignonnais et les parisiens avant eux, les bagnolais ne s’y sont pas trompés. « Quentin Woody… » oscille entre franche comédie, impeccablement rythmée aux dialogues ciselés, drôles et parfois caustiques, et passages plus profonds, touchants, au cœur de ce couple au crépuscule de son histoire.

Jean-Baptiste Guinchard est excellent dans le rôle de Fredo, quasi quadragénaire cinéphile à l’excès préférant le cinéma à la réalité, tellement dans sa bulle qu’il possède le dernier vidéo-club VHS de France (et peut-être du monde) et néglige complètement sa femme. Campée par une convaincante et énergique Julie Rattez, Clotilde représente peut-être le dernier lien de Fredo avec la réalité, lui qui semble prendre conscience de ce qu’il s’apprête à perdre alors qu’il est déjà très (trop ?) tard.

Porté par une mise en scène efficace d’Emilie Broust, le duo d’acteurs fonctionne à merveille, notamment lors des scènes de la rencontre, avec un monologue d’anthologie pour la défense des comédies musicales, ou encore de l’accouchement, irrésistible.

De son côté, le public est comme pris par la main par la multitude de références cinématographiques qui tapent tellement large, du Parrain à la Boum en passant par Woody Allen, qu’elles ne peuvent que viser juste et convoquer nos propres souvenirs.

Une réussite à voir (ou revoir) à Paris encore quelques jours, puis au festival Off d’Avignon en juillet prochain.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité