A la uneActualitésPolitiqueSociété

FAIT DU JOUR Après l’accident de Lisette, le Département veut réaménager la RD979

Photo dillustration.
Photo d'illustration.

Suite à l'accident mortel le 28 juillet de Lisette (25 ans), une réunion des politiques locaux a permis de briser certaines idées reçues tout en proposant des solutions concrètes pour sécuriser la RD979 très fréquentée en période estivale.

Vive émotion en Petite Camargue. Le 28 juillet, Lisette, 25 ans, est retrouvée morte noyée dans le chenal qui borde la RD979 entre Aigues-Mortes et le Grau-du-Roi. L'enquête diligentée par la communauté de brigades du Grau-du-Roi révèlera que, lors de l'accident, la conductrice était alcoolisée (1,19g/l de sang) et sous l'emprise de produits stupéfiants. Endeuillés, solidaires ou emphatiques, plusieurs dizaines de personnes se sont réunies dans une marche blanche pour demander aux pouvoirs publics d'agir. Une page Facebook a même vu le jour ("Mettons des barrières de sécurité entre le Grau du Roi et Aigues Mortes") réclamant l'installation de barrières de sécurité aux abords de la route.

RD979 : un axe pas plus dangereux que la moyenne

La RD979 étant un axe géré et entretenu par le Département, les conseillers départementaux (Les Républicains) du canton se sont rapidement mobilisés pour demander l'organisation d'une réunion, fin août, à la mairie d'Aigues-Mortes. Olivier Gaillard, vice-président PS du Département en charge des routes, a naturellement acquiescé et s'est déplacé avec son équipe d'experts pour apporter des solutions concrètes. "Au début de cette réunion, j'ai tout de suite entendu des personnes m'expliquer qu'elles connaissaient au moins une personne qui était tombée dans le canal", explique un fonctionnaire présent à la mairie. Or, les chiffres de la gendarmerie disent le contraire : en 10 ans, 13 accidents ont été recensés dont la moitié est dû à des demi-tours imprudents.

"Mis à part le 27 juillet, il n'y a eu aucun accident corporel avec un véhicule dans le chenal", constate Olivier Gaillard. Si l'axe n'est pas plus mortel qu'un autre dans le Gard, la mobilisation des habitants et sa forte fréquentation estivale a poussé la collectivité à agir en corrélation avec les types d'accidents relevés par la gendarmerie. Avec l'érosion importante des berges du chenal, la mise en place de barrières, outre le fait qu'elle ne correspond pas au besoin, est trop complexe. "On constate que beaucoup de conducteurs qui souhaitent sortir d'Aigues-Mortes pour rejoindre Nîmes se trompent de voie et se retrouvent sur la RD979, longue de quatre kilomètres… D'où les demi-tours imprudents et interdits par le code de la route", souligne la préfecture qui opère avec les services de gendarmerie des contrôles réguliers.

Le Département souhaite donc, dans un premier temps, améliorer la signalisation. Pour désengorger l'axe et diminuer le risque d'accident, Olivier Gaillard prévoit d'installer des panneaux afin d'inciter les automobilistes à emprunter la deux fois deux voies.

Réaménagement de la voie

Par ailleurs, plusieurs études de faisabilité ont été lancées par la collectivité pour repenser la RD979 : "nous allons rétrécir l'axe, ce qui incitera les conducteurs à rouler moins vite", poursuit le vice-président qui compte également supprimer la piste cyclable, "la voie verte venant d'être achevée et inaugurée". Un chantier sur le long cours, qui prévoit également de construire "une sorte de bordure afin d'empêcher les conducteurs de faire demi-tour".

Les maires qui souhaitent qu'un radar soit installé pour contrôler la vitesse devront se rapprocher de la préfecture. Toutefois, le représentant de l'État, qui n'a pas la main mise sur les radars, ne peut pas en installer de nouveau mais seulement en déplacer un. Selon nos informations, la préfecture du Gard est, elle, particulièrement sensible à la conduite sous l'emprise d'alcool et/ou de stupéfiants qui, notamment, a fait exploser le nombre de morts dans le Gard cette année : en augmentation de 150% par rapport à 2014. Le triste record de France...

Lire aussi : AIGUES-MORTES Décès de Lisette : faut-il installer des barrières de sécurité ?

AIGUES-MORTES Ils veulent des barrières de sécurité sur la route du Grau du Roi

Coralie Mollaret

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité