A la uneActualités

UZÈS Un conseil municipal électrique à tous les sens du terme

Hier soir, lors du conseil municipal d'Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Hier soir, lors du conseil municipal d'Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Hier soir, lors du conseil municipal d’Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le premier conseil municipal de l’année dans la cité ducale a démarré sur les chapeaux de roues hier soir.

En cause, le compte rendu du dernier conseil, en date du 8 décembre, et plus précisément la délibération numéro trois.

« Bonne soirée »

Une délibération qui avait trait au choix du délégataire de service public d’assainissement des eaux de la ville et qui avait provoqué l’ire de l’opposition et notamment de Jérôme Maurin, qui s’étranglait alors de ne pas avoir pu consulter le contrat d’affermage. Sauf que dans le compte rendu, rien ne laisse deviner les débats de décembre, ni le fait que l’opposition a choisi de ne pas prendre part au vote, laissant la délibération être votée à l’unanimité.

Alors Jérôme Maurin a demandé lors de la question portant sur l’approbation dudit compte rendu de faire figurer le fait qu’il n’avait pas pu consulter les contrats, entrainant une fin de non recevoir du maire Jean-Luc Chapon, qui considérait que les documents étaient consultables par les élus. « Je l’exige », tonnera le conseiller municipal d’opposition Martial Jourdan, sans succès. L’élu a alors quitté l’assemblée avant même la première délibération alors que le maire lui souhaitait une « bonne soirée. » L’édile concèdera finalement à l’opposition de faire figurer dans le compte rendu « que vous avez refusé de voter, mais pas la raison, parce qu’elle est fausse ! » Le compte rendu sera voté avec 5 oppositions.

Martial Jourdan a quitté l'assemblée (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Martial Jourdan a quitté l’assemblée (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Une adhésion et trois bornes de recharge

C’est donc dans cette ambiance électrique que le conseil municipal a voté à l’unanimité son adhésion au Syndicat mixte d’électricité du Gard, le SMEG, auquel elle restait la dernière commune du département avec Nîmes à résister. Et cette adhésion va avoir des conséquences visibles dès cette année, puisque le SMEG va installer trois bornes de recharge des véhicules électriques et hybrides.

Interrogé par la conseillère municipale d’opposition Lydie Defos du Rau sur la localisation des bornes, le maire est resté évasif : « on envisage le parking de la gare, car on veut le faire au plus près du centre-ville, mais il y a encore une réflexion à mener. »

Et aussi :

La maison à l’entrée de la médiathèque (enfin) vendue : le conseil municipal a voté à l’unanimité hier soir la vente d’une maison de 35 mètres carrés située à l’entrée de la médiathèque. Un bien à rénover en vente depuis bien longtemps, et que la ville vend donc pour 35 000 euros. La conseillère d’opposition Caroline Sépet en a profité pour demander si à cette occasion il était prévu « de faire un portail digne de ce nom à l’entrée de la médiathèque. » « On va faire une belle entrée, on attendait de vendre cette maison, a répondu Jean-Luc Chapon. La question maintenant se pose de savoir qui va la faire », la compétence des médiathèques ayant été transférée à la CCPU présidée par ce même Jean-Luc Chapon.

Classe ou pas classe ? Le conseil municipal a voté à l’unanimité la nouvelle sectorisation scolaire des maternelles de la ville, au nord de la ville au Pas du Loup et au sud à l’école du Parc. Caroline Sépet en profitera pour rebondir sur un bruit qui court dans la ville : « j’ai eu vent que l’inspection académique avait proposé l’ouverture d’une classe et que la ville avait refusé. » « Nous avons une classe fermée, c’est officiel, lui a répondu le maire. Ce que l’Inspection a proposé était une sorte de crèche, on aurait eu des crèches à deux vitesses, hors sectorisation, alors j’ai refusé. » Il se serait alors agi d’accueillir les enfants de moins de deux ans à l’école : « nous avons discuté avec les enseignants, ils nous ont dit qu’ils avaient une charge de travail déjà trop importante », a indiqué l’adjointe Marie-Françoise Valmalle. Caroline Sépet regrettera malgré tout que « l’avis des parents (ait) été squeezé. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

 

Thierry Allard

34 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité