A la uneFaits Divers

AU PALAIS L’accusé au juge : « Ma copine vous la connaissez mieux que moi » !

Palais de justice de Nîmes. DR
Palais de justice de Nîmes. DR

L’étonnement est parfois de rigueur au tribunal correctionnel de Nîmes. C’était le cas mercredi, avec un prévenu qui comparaissait pour « vol avec violence ».

Il ne comprend pas pourquoi il se retrouve là. Il est accusé d’avoir frappé un copain pour lui dérober 100 euros. Le prévenu estime que son pote avait une dette de cocaïne envers lui, mais surtout que sa copine de l’époque avait été trop entreprenante avec son ami… Résultat : il lui a mis une rouste alors qu’il dormait.

C’est une soirée bien arrosée qui a dégénéré. Un homme d’une trentaine d’année promène dans les rues de Nîmes avec deux jolies filles. Il rencontre des amis qui l’invitent à boire un verre.

« Ils m’ont invité car j’étais avec des filles sinon, ils ne m’auraient pas invités », déclare-t-il en essayant de détacher les mots. « Vous lorsqu’on vous paie un coup à boire, vous donnez des coups en échange ? » interroge le président Jean Louis Galland en montrant à l’agresseur une série de photos de la victime défigurée.

Il a le visage tuméfié, le corps frappé de plusieurs coups de chaise, de béquille, la jambe lacérée d’une trace de couteau. « La béquille, la chaise, le couteau, et puis quoi encore », reprend l’homme qui estime qu’il s’agit d’une simple bagarre avec un copain qui draguait de trop près sa compagne. « Vous me parlez sur un autre ton, coupe le magistrat, mais il ressort de l’enquête que votre copine draguait tout le monde », poursuit le juge.

« Ma copine, vous la connaissez mieux que moi », reprend du tac au tac l’homme qui fait rire le public du tribunal. « Ah non, pas du tout, je ne la connais pas », complète en souriant le président d’audience. « Il n’empêche que les violences sont très graves », estime la représentante du parquet qui réclame 16 mois de détention. « Il y avait du sang partout dans l’appartement, mais c’est une simple bagarre entre deux hommes, c’est tout », raconte une nouvelle fois le trentenaire. Le tribunal l’a condamné à 7 mois ferme.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité