Culture

ALÈS Carton plein pour le festival Alès en Ciel

Meak. DR/
Meak. DR/

Le week-end dernier, les arènes d'Alès ont fait le plein pour le festival Alès en Ciel. Malgré la pluie le samedi soir, public et groupes musicaux porteurs d'un message chrétien, venus parfois de loin, étaient présents pour cette troisième édition.

Comme les années précédentes, chacun et chacune étaient les bienvenus, dans cette manifestation, véritable lieu de rencontre et de fraternité. Dès vendredi, les spectateurs ont pu découvrir Meak, jeune rappeur parisien d'origine malgache qui a pour ambition première de marier rimes et groove. Avec humour et délicatesse, il a fait voyager son public à travers ses textes profonds et bien ciselés, à mi-chemin entre slam et rap, sur un fond parfois Hiphop, parfois « slamé » qu'il sait partager avec les spectateurs de tout âge. En seconde partie de soirée, le groupe Antydot, venu de la région de Mulhouse a mis le feu aux arènes avec son énergie et ses rythmes. A l’heure où l’on navigue dans un univers musical éclectique, le groupe trouve sa force dans la diversité. Vendredi soir, le pari était réussi.

Bien que perturbée par la pluie, la soirée de samedi a su rassembler plus de 800 spectateurs. Après une réception en présence des élus locaux et départementaux, les spectateurs ont pu apprécier et même chanter en chœur avec le groupe Héritage, venu du Canada, et qui s'est donné pour mission de remettre au goût du jour de vieux cantiques, sur des orchestrations jazzées réconciliant les générations.

En deuxième partie de soirée, différents groupes gospel de la région, sous la houlette de Pierre Alméras, ont pu donner un bref échantillon de leur talent, la pluie réussissant à chasser les spectateurs en fin de soirée qui étaient jusque-là restés stoïques sous l'averse. Enfin, la journée de dimanche, délocalisée au temple d'Alès en raison du temps incertain, était marquée par un culte rassemblant plus de 500 personnes autour des différentes communautés protestantes de la ville, suivi après le repas d’un concert du groupe gospel Les Blessed Sisters, cinq jeunes femmes aux voix magnifiques qui ont apporté la conclusion qui convenait à ce week-end plein de richesses.

De nombreuses autres activités également proposées tout au long de ces trois jours : ateliers avec les artistes, conférence, tournois de foot et de volley en partenariat avec l'association Sport et Foi, qui ont tous su trouver leur public et permis à ceux qui le souhaitaient de devenir acteurs du festival.

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité