Faits Divers

NÎMES Son copain intervient, il lui fracasse la mâchoire

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).
Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).

 

 

Un jeune homme âgé de 20 ans a été condamné lundi après-midi par le tribunal correctionnel de Nîmes à 6 mois de prison ferme et un maintien en détention. Alors qu'un copain intervenait afin que la situation ne dégénère pas, il lui a asséné un direct dans le visage.

C'était le 18 juillet sur l'Avenue Feuchères, à proximité de la gare SNCF de Nîmes. Un jeune homme de 20 ans, insulte et s'en prend verbalement à un jeune garçon. Un témoin d'une vingtaine d'années reconnaît l'agresseur. C'est un copain à lui et il décide de calmer la situation. Mais l'agresseur au lieu de faire amende honorable, va s'en prendre à celui qui intervient. Il lui décroche une droite dans le visage. Résultat: double fracture de la mâchoire.

Hospitalisation et opération chirurgicale

Le visage marqué par la violence, la victime ne tient pas rigueur de cet acte à son agresseur. "Après, il est venu chez moi, s'excuser avec son père. il était vraiment désolé, je lui pardonne", insiste la jeune victime. Dans le box, le jeune de 20 ans répète "je suis désolé, je regrette". Son problème, c'est son casier judiciaire. A peine majeur, il a déjà 16 condamnations dont cinq pour des problèmes de violences. Le président du Tribunal énumère les infractions et depuis 2011, depuis ses 14 ans, il ne se passe pas une année sans voir son casier s'alourdir. "Dans le dossier qui est évoqué aujourd'hui, il n'a pas supporté d'être contesté par une connaissance devant le public féminin, affirme le vice-procureur Laurent Gumbau qui réclame 6 mois de prison ferme et un maintien en détention.

"Il a reconnu les faits. Il est resté sur place et il a appelé les pompiers. Il regrette profondément son geste", estime son conseil Me Camille Alliez.

Le jeune majeur a été condamné à 6 mois de prison ferme. Comme il était déjà incarcéré pour d'autres faits, il ne devrait pas être libérable avant 2017. A 20 ans il a déjà écopé de 4 ans et demi de prison. "Je sais, j'ai des problèmes de violence, mais je me soigne avec un psy en prison", note le prévenu.

Boris De la Cruz

 

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité