Culture

MERCREDI CULTURE 20 candidats en lice pour décrocher le Cabri d’or

Anne Bourrel, lauréate du trentième Cabri d'Or pour son livre "L'invention de la neige". Photo Élodie Boschet/Objectif Gard
Qui succédera à Anne Bourrel, lauréate du trentième Cabri d'Or pour son livre "L'invention de la neige" ? Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Le prix littéraire cévenol du Cabri d’or sera décerné le vendredi 10 novembre à l’Hôtel de Ville d’Alès. Pour cette édition 2017, vingt ouvrages sont en compétition.

Cette année encore, le Cabri d'or revient. Cette compétition, qui met à l'honneur un ouvrage dédié aux Cévennes, verra dans quelques semaines un auteur récompensé par un jury de professionnels. Le vainqueur recevra aussi la somme de 5 000€.

Le jury du Cabri d’or, présidé par Marion Mazauric, est actuellement composé de huit membres (dont quatre de l'académie cévenole). Tous sont professionnels ou médiateurs du livre (éditeurs, libraires, journalistes, critiques, professeurs...).

Les 20 ouvrages en compétition (dans l’ordre de réception) :

Le choix de Diane, de Mireille Pluchard, Éditions des Presses de la Cité, Paris.

Le goût du soleil, Christian Laborie, Éditions des Presses de la Cité, Paris.

Seules les bêtes, de Colin Niel, Éditions Le Rouergue, Paris.

La baraque du cheval noir, d’André Gardies, Éditions La Différence, Paris.

Trois saisons d’orage, de Cécile Coulon, Éditions Viviane HAMY, Paris.

Sous la neige nos pas, de Laurence Biberfeld, Éditions La Manufacture de livres, Paris.

Les cicatrices amères, de Marie Pialot, Éditions de l’Enclave, La Grande-Motte.

Le bonheur de Lucia, de René Barral, Éditions De Borée, Riom.

L’ombre de la garrigue, de Alain Delage, Éditions De Borée, Riom.

Les roses blanches, de Gil Jouanard, Éditions Phebus, Paris.

La promesse, de Emmanuel Schor, Éditions Prête moi ta plume, Cruviers-Lascours.

Aujourd’hui, Jacob n’écrit plus, de Pierre Morvilliers, Éditions L’Harmattan, Paris.

Emma la fille des Cévennes, de Claude Brahic, Éditions TDO, Pollestres.

Je vous aiderai à survivre, de Florentine d’Alensac, Éditions Nombre 7, Nîmes.

Le rocher du diable, de René Domergue, Éditions de la Fenestrelle, Nîmes.

Les parchemins de Clara d’Anduze, de Céline de Lavenere Lussan, Éditions de la Fenestrelle, Nîmes.

Sur les traces de Vivens en juillet 1702, de Jean Deleuze, Éditions de la Fenestrelle, Nîmes.

Là bas chantent les cigales, de Georges Vaucher, Éditions La Palanquée, Villeurbanne.

Cévennes Lumières, de Thierry Vezon et Patrick Cabanel, Éditions Alcide, Nîmes.

Je t’écris du Gévaudan, ma Lozère, de André Gardies et Jacques Mauduy, Editions du Mont, Cazouls les Béziers.

 

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité