A la uneActualitésPolitique

GARD Ordonnances Macron: la pilule a du mal à passer !

Les opposants à la politique du gouvernement étaient 400 dans les rues d'Alès et environ 500 à Nîmes

 

À Nîmes, le cortège s'est ébranlé vers 15h30 en direction de la préfecture (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)(

Pour la quatrième fois depuis septembre, dans le cadre d'un mouvement national qui a connu 172 manifestations, les opposants gardois aux réformes du gouvernement ont crié leur colère, ce jeudi, dans les rues d’Alès et de Nîmes.

Dans la capitale des Cévennes, dès 10h30 ce matin, environ 400 personnes se sont rassemblées devant les grilles de la sous-préfecture. Les revendications n’ont pas changé avec, dans le collimateur, "le Docteur Macron et ses ordonnances", déplore Martine Sagit pour la CGT. "Avec lui, poursuit-elle, la fraude fiscale est légalisée et des milliards d’euros s’en vont ! Y’en a marre de donner aux plus riches. Les travailleurs sont dans la pauvreté. Quelqu’un qui gagne 1500 euros par mois, que lui reste-t-il une fois qu’il a payé toutes ses factures ? Et s’il veut saisir les prud’hommes, il faut maintenant qu’il remplisse douze pages au lieu d’une seule auparavant ! (…) Tant que cette société ne sera pas humaine, nous continuerons la mobilisation." Le parvis de la sous-préfecture n’a pas fini de voir défiler des manifestants…

Environ 400 personnes se sont regroupées devant la sous-préfecture d'Alès avant de défiler en centre-ville (Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Suivre l'exemple des pompiers...

À Nîmes, là où l'intersyndicale (*) avait réussi le 12 septembre dernier à mobiliser plusieurs milliers de personnes, les rangs étaient largement plus clairsemés. Pour autant, les présents n'en étaient pas moins virulents à l'encontre du gouvernement et de ce qu'ils dénoncent comme "la casse du code du travail par ordonnances" entreprise par le président de la République, Emmanuel Macron.

À Nîmes, la mobilisation était nettement plus faible qu'en septembre dernier (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Bien décidés à combattre (entre autres) la baisse de 5 euros des Allocations logement, la sélection initiale pour l'accès dans les universités, la réforme du code du travail, les atteintes au service public ou la réforme de l'ISF (impôt sur la fortune, NDR), dans le sillage des responsables syndicaux appelant à une "mobilisation interprofessionnelle et intergénérationnelle", les manifestants ont prévenu : "Nous ne tournons pas la page de la lutte."

Prenant exemple sur les pompiers du Gard, en grève depuis plusieurs semaines, d'aucuns invitent même à durcir le mouvement pour ''imposer le rapport de force nécessaire..." Le bras de fer est engagé et on en est encore loin de l'épilogue...

Élodie BOSCHET (à Alès) et Philippe GAVILLET de PENEY (à Nîmes)

*Étaient représentés la CGT, Solidaires, FO, FAFPT, Sud, SNUIPP, FSU et l'UNEF.   

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité