Culture

LAUDUN-L’ARDOISE Au Zion d’hiver, du reggae, mais pas que…

La septième édition du festival Zion d’hiver, organisé par le collectif Boulega, se tiendra vendredi et samedi au Forum de Laudun-l’Ardoise.

Lors de l'édition 2017 du Zion d'Hiver au forum de Laudun-l'Ardoise (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le festival a su se faire une place chez les amateurs de reggae et propose chaque année une programmation éclectique. On fait le point avec Arnold Métrot, le programmateur du festival.

Deux soirs, deux ambiances

« Clairement, on essaye de suivre les goûts du public qui est plus jeune que sur le Zion d’été », explique le programmateur. Ainsi, pour la soirée de vendredi ça donne « une programmation très française, avec Erik Arma, le chanteur de Broussaï qui vient avec son projet solo ou encore Yaniss Odua, notre tête d’affiche du vendredi, qui vient de gagner la Victoire du meilleur album reggae français aux Victoires du reggae. » Le groupe Moko, dont le son rappelle Prodigy ou The Clash, se chargera de la fin de soirée « et ce sera plus énervé », promet le programmateur. Comme toujours la grande scène est accompagnée d’une Sound system arena, qui verra cette année les habitués d’After All se produire, comme les anglais de Channel One, qui avaient dû annuler leur venue l’année dernière.

Changement d’ambiance le samedi, avec « une programmation plus axée dub et dérivés électro avec Massive Dub Corporation, un projet qui joue très peu sur scène, Mystical Faya, qui avait gagné le tremplin du Zion d’hiver lors de la deuxième édition et qui a fait son bout de chemin depuis et on termine avec Tha Trickaz, et là ce n’est pas du tout du reggae mais de l’électro et de la drum & bass.  C’est un groupe de scène. »

Un groupe « qui ne supporte pas le reggae », s’amuse le programmateur du festival, qui illustre bien la volonté des organisateurs de « sortir du contexte reggae et d’aller chercher des dérivés », explique Arnold Métrot. Ici, « on est plus sur un état d’esprit reggae que sur une programmation bloquée sur le reggae », résume le programmateur.

Une préparation plus difficile que d’habitude

Cette septième édition est donc maintenant sur le point de débuter, ce qui est déjà une grosse satisfaction pour les organisateurs, victimes collatérales du contexte politique compliqué de la commune. « Avec ces histoires de mairie, on était persuadés qu’on n’aurait pas le Forum », explique Arnold Métrot. L’association, qui rappelons-le paye chaque année la location de la salle, s’est donc mise en quête d’un autre lieu, sans rien trouver de satisfaisant, avant finalement d’obtenir la salle fin décembre. De quoi sérieusement raccourcir les délais pour monter une programmation qui se veut comme toujours éclectique et de qualité. Un véritable défi relevé par le Collectif Boulega, qui pourra compter encore cette année sur plus de 150 bénévoles.

Les préventes sont en ligne, et les organisateurs attendent cette année encore plus de mille personnes par soirée.

Plus d’informations ici.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité