Culture

NÎMES Les Errances de Richard Ortiz à la Salamandre

Vernissage : vendredi 19 octobre à 19h à la Galerie de la Salamandre.

Richard Ortiz à La Salamandre. Derrière lui des fils électriques comme une séquence ADN déglinguée (Photo Véronique Camplan)

Richard Ortiz est un de ces êtres à part qui ne cessent de surprendre...

Son entreprise de bâtiment spécialisée dans la peinture et les revêtements particuliers, (comme le prouve son travail sur les murs du musée de la Romanité), ses voyages et sa propension au rêve l'ont conduit, appareil photo en bandoulière, à des errances qu'il ne faut pas confondre avec des égarements.

Lorsque l'artiste expose ses œuvres sous la dénomination "d'errances", c'est loin d'être un effet de style. C'est une vraie démarche, qui consiste à donner de l'harmonie. "Si l'on reste immobile, il ne se passe rien. L'errance permet les rencontres, de s'approprier des lieux, des objets et de leur donner quelque chose qui a de la grâce, de l'intérêt, du sens, de l'harmonie". Une recherche qui peut s'apparenter, dans l'esprit du photographe, à celle du matador ou encore du danseur de flamenco. Car dans l'harmonie, il y a la notion de "trouver la bonne distance".

Mise en abîme

Mise en abîme (Photo Véronique Camplan)

Cette distance, cette harmonie, Richard Ortiz la trouve en façonnant le réel par une mise en abîme. C'est-dire qu'il prend une photo d'un lieu. Le détail d'un chantier par exemple, dont le désordre ou le dénuement l'émeut. Il développe cette image, l'encadre et la replace dans le décor premier pour réaliser la photo finale. Un rendu bluffant et riche d'interprétations.

Papier peint

Errances canadiennes sur papier peint (Photo Véronique Camplan)

Une autre de ces errances l'a conduit à Taboussac, au bord du fleuve Saint-Laurent, au Canada, où une falaise méprise le temps qu'elle affiche fièrement en strates sombres. Là, bravant les lois de la gravité, il a multiplié les clichés de matière minérale. Une fois rentré au bercail, les tirages ont été dûment sélectionnés puis combinés jusqu'à ce qu'ils fonctionnent 4 par 4. Ces assemblages ont fait l'objet de tirages sur des lés de papier peint.

Cagettes

Quand une cagette se prend au sérieux (Photo Véronique Camplan)

Promenade au bord du Gardon. Cette fois, de l'eau, du minéral et une rencontre avec Évelyne qui vend des légumes au bord de la route. Les clichés seront exposés dans les cagettes sur le stand d'Évelyne. On en retrouve sur les murs de la Salamandre et c'est tant mieux. Pour le vernissage Évelyne viendra avec ses cagettes pleines de légumes pour offrir une anchoïade aux visiteurs.

Les amis errants

Richard a invité ses amis errants à venir exposer une création en rapport avec l'errance. On y verra le travail de Jules Milhau, un artiste prodige dont nous reparlerons, celui de Géraldine Rey-Deschamps ou encore de Swan Soto, Éddie Pons et une poignée d'autres.

Le toro de Géraldine Rey-Deschamps

Géraldine s'amuse, provoque, fait des clins d'œils. Une errance pleine de grâce et d'un soupçon d'impertinence (Photo Véronique Camplan)

Géraldine Rey-Deschamps peint, aime le rouge et… le toro de l'Esplanade, refusant de hurler avec les loups. Elle le rencontre, le découvre et le peint, pour faire la nique aux réboussiers et rendre justice à l'artiste. Le résultat lui, rend justice à la démarche.

Jules Milhau hors du Nid

Jules Milhau, a beaucoup à dire, alors il peint  (Photo Véronique Camplan)

Jules prépare une expo que nous aurons l'occasion d'évoquer. Ce jeune homme d'allure tranquille foisonne d'inspiration. Et son inspiration a du sens, chatoie, étonne, ravit. À son ami Richard, il a apporté un dessin émouvant dans sa simplicité : un nid vide, rencontré lors d'une errance… ou bien était-ce celle de l'oiseau ?

Véronique Palomar-Camplan

Pratique. Après un vernissage à ne pas manquer, vendredi 19 octobre, à 19h, à la galerie de la Salamandre, (place de la Salamandre à Nîmes), l'exposition sera visible jusqu'au 27 les jeudis, vendredis et samedi, de 15h à 19h.

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité