Actualités

ALÈS Porte Sud en porte-à-faux

De gauche à droite : Rémy Coulet, Jean Sagnol, Béatrice Bernard-Chamson (Saint-Hilaire durable) et Jean-Paul Chapal (Sauvegarde de l'identité de la Prairie). Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Un nouvel arrêté du préfet du Gard impose au promoteur immobilier Claude Dhombre de prendre un certain nombre de mesures pour que son projet de centre commercial Porte Sud soit conforme à la réglementation.

Souvenez-vous, cet automne (relire ici), les opposants au projet Porte Sud criaient leur incompréhension. Celle de voir les travaux de construction d’un centre commercial battre leur plein sur une zone classée en « aléa fort » par le Plan de prévention du risque inondation (PPRI). Une ambition signée Claude Dhombre, qui compte bien arriver à ses fins. Mis en demeure par le préfet du Gard en octobre dernier (relire ici) – il devait mettre en conformité des travaux de remblaiement en cours sur certaines parcelles – le promoteur fait à nouveau, depuis quelques jours, l’objet d’un nouvel arrêté préfectoral. Celui-ci a été décrypté par les membres des associations "Saint-Hilaire durable" et "Sauvegarde de l’identité de la Prairie", toujours déterminés à stopper ce chantier.

« Ce dernier arrêté est beaucoup plus contraignant que le premier pour le promoteur », indique Rémy Coulet. Les prescriptions portent, entre autres, sur une nouvelle modélisation hydraulique sur la base des côtes du PPRI et sur une proposition de différentes mesures permettant de garantir le fonctionnement des ouvrages en tout temps et d’assurer la sécurité des usagers. « Cette liste prouve l’insécurité du lieu pour les personnes qui s’y trouveraient en cas de conditions météo extrêmes », souligne Rémy Coulet. « On voit mal comment Claude Dhombre pourrait se mettre en conformité car ça lui coûterait la peau des fesses, renchérit Jean Sagnol. Mais il va certainement faire traîner tout ça et continuer la construction, même s’il n’en a pas le droit. Et ce sera plus compliqué après de démolir ! »

Les deux associations ont envoyé un courrier aux exécuteurs de l’arrêté « pour leur demander de faire cesser immédiatement les travaux. » « Si ce n’est pas fait, nous saisirons le tribunal administratif », assure Jean Sagnol. La saga Porte Sud promet encore de nouveaux épisodes.

Élodie Boschet

 

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

3 réactions sur “ALÈS Porte Sud en porte-à-faux”

  1. Les maires de St Hilaire et d’Alès, favorables à ce projet depuis des années, demeurent bien discrets,l’arrêté préfectoral ordonnant au promoteur l’arrêt des travaux publié depuis le .4 décembre devrait pourtant les faire réagir! i l s’agit pourtant simplement de faire respecter la loi; à croire que certains sont au dessus de ces dernières!

  2. Ce promoteur comme d’autres affairistes dans le secteur pratique la politique du fait ou méfait accompli depuis des années avec la complaisance voire la complicité des élus et de certaines autorités administratives qui rechignent à faire appliquer la loi. Du coup l’adage « selon que vous serez puissant ..etc… » se vérifie aussi dans le secteur alésien..

  3. Les liens contenus dans cet articles renvoient à des déclarations mensongères que l’article ne relève pas :

    1/ Contrairement à ce que disent Messieurs Rivenq et Dhombres, les décisions judiciaires sont rétroactives à la date de la contestation. Ici la Cour d’appel et le Conseil d’Etat ont décidé en dernier ressort que le terrain prévu pour le futur centre commercial était bien inclus dans le Plan de prévention du risque inondation et donc inconstructible depuis le 9 novembre 2010.
    2/ Les permis qui ont été accordés postérieurement, au mépris et en toute connaissance de ces décisions judiciaires, ont été annulés de fait.
    3/ Les deux arrêtés du préfet et l’ordre de cesser immédiatement les travaux en sont la preuve.

    La poursuite des travaux est donc illégale et dénote du mépris qu’ont les protagonistes du projet (le constructeur et la mairie) pour la population locale, les lois qui les dérangent et ceux qui sont chargés de les faire appliquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité