A la uneActualitésSociété

NÎMES Les violences faites aux femmes touchent tout le monde

(Photo Anthony Maurin).

Femmes Solidaires Nîmes proposait à toutes les organisations qui luttent contre les violences et qui se battent au quotidien pour l’égalité et les droits des femmes à participer à un rassemblement devant la Maison Carrée. 

Martine Gayraud à l'organisation, Christian Bastid, Sylvette Fayet, Alain Clary, Vincent Bouget, Catherine Bernié-Boissard, Janie Arneguy, Karine Voinchet, Angèle Fuentes... et près de 200 autres personnes. Ils étaient nombreux à venir manifester leur soutien à la noble cause.

Martine Gayraud au micro (Photo Anthony Maurin).

" J'espère que vous m'entendez car j'ai une voix de femme... Nous sommes là pour dire que les mesures qui vont sortir du Grenelle des violences conjugales devront être à la hauteur des enjeux. Depuis 20 ans, les mesures prises sont insuffisantes. Il y a en France 220 000 femmes qui subissent des violences, 94 000 femmes violées et 137 mortes pour cette seule année. C'est une affaire collective, nous devons transformer en profondeur la société et avoir une politique forte. Les réponses policière et judiciaire doivent être plus rapides que les coups portés aux femmes. Mettons fin au continuum historique de ces violences car seuls 10 % des viols font l'objet d'une plainte et 1 % est jugé... " assure Martine Gayraud, de Femmes solidaires.

(Photo Anthony Maurin).

C’est le 17 décembre 1999 qu’avec la résolution 54.134 l’ONU a instauré la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, la date du 25 novembre a été choisie. Cette journée internationale rappelle chaque année dans tous les pays combien les violences faites aux femmes et aux filles est un problème mondial, dévastateur qui constitue une des violations des droits humains les plus persistants.

(Photo Anthony Maurin).

En France et malgré les lois, des femmes continuent de mourir sous les coups de leur mari et compagnons ou ex, viols, harcèlements sexuels, violences diverses impactent toujours la vie de très nombreuses Françaises que la société doit entendre et soutenir pour en finir avec ces sauvageries.

(Photo Anthony Maurin).

Après la prise de parole de Martine Gayraud, se sont enchaînés les témoignages, souvent poignants, d'anonymes. Un cri de colère a même été collectivement poussé et la Maison Carrée s'est vue affichée un terrible slogan, " Féminicides partout, justice nulle part. " Côté syndicats, Sud solidaires et la CNT avaient apporté leur drapeau.

(Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité