A la uneNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Le stade de la rumeur

Alors que les Crocodiles sont en difficultés en ligue 1, les spéculations vont bon train en coulisses.

Nîmes s'incline lourdement à Bordeaux, Martinez et Deaux ne peuvent que constater les dégats (Photo via MaxPPP]

Plus que jamais relégables après une lourde défaite à Bordeaux, les Nîmois sont dans le dur et les rumeurs de changements se font de plus en plus présentes au sein du club.

« La rumeur, c’est ce qui permet aux cons de ne pas réfléchir ! » disait Michel Audiard. Mais au Nîmes Olympique, les bruits de couloirs recèlent aussi quelques vérités. Et dans le monde impitoyable des Crocodiles, elles ne manquent pas les rumeurs.

Les rapports entre Bernard Blaquart et Laurent Boissier se sont tendus (photo Anthony Maurin)

Laurent Boissier est-il viré ?

Le principal intéressé le nie farouchement. Il n’est pas au courant d’un éventuel licenciement, et il ignore d’où vient ce bruit. Pourtant, depuis une semaine, la rumeur a fait son chemin. Samedi dernier, on ne parlait que de cela dans les couloirs du stade des Costières. C’est le sujet numéro 1 des supporters, que ce soit à la Bastide où ailleurs. Difficile de démêler le vrai du faux dans cette affaire, mais des sources bien informées confirment la fin de la collaboration entre le directeur sportif et son président. Les deux hommes, qui ont mangé ensemble la semaine dernière à Nîmes, ont toujours eu des rapports orageux, mais cette fois, la ligne de non-retour semble dépassée en dépit de l'épisode du vrai-faux départ du concerné.

Si oui, qui pour le remplacer ?

Si le directeur sportif quittait le club, ils seraient nombreux à vouloir prendre sa place. L’été dernier, quand Laurent Boissier avait tenté de démissionner, il n’avait pas fallu beaucoup de temps pour que le CV de Éric Roy (52 ans, ancien joueur et désormais consultant sur France-Télévision) atterrisse sur le bureau de Rani Assaf. Les deux hommes s’étaient même entretenus selon nos informations lors du passage du Nîmes Olympique à Monaco, le 25 août dernier.

Toujours dans l’été, deux autres noms avaient été cités. Celui de Frédéric Arpinon (50 ans), qui connaît bien la maison puisqu’il est Nîmois et qu’il a joué avec les Crocos (1986-92 et 1993-94). Il est aussi le cousin de Jérôme Arpinon, l’entraîneur-adjoint du Nîmes Olympique. Mais l’ancien Croco est aujourd’hui en charge du recrutement du FC Metz, il n’est donc pas sur le marché.

Enfin le nom de Damien Comolli a aussi été évoqué il y a quelques semaines. Le Biterrois de 46 ans possède une belle carte de visite puisqu’il a successivement travaillé pour Arsenal, Tottenham, l’AS Saint-Étienne, Liverpool FC et l’AS Monaco. Même si Damien Comolli a des attaches familiales dans l’Hérault, et qu’il ne serait pas forcément contre un retour dans le Sud de la France, il est lié au club Turc de Fenerbahçe jusqu’en 2021. Que la rumeur du départ de Laurent Boissier soit vraie ou fausse, il est fort probable que des candidats potentiels ne tarderont pas à tenter leur chance auprès de Rani Assaf.

Blaquart et Assaf vont-il se dire au revoir ?(Photo Anthony Maurin)

Fin de l’aventure pour Blaquart ?

Blaquart sur le départ ? Peut-être, mais l’entraîneur du Nîmes Olympique le répète depuis le début de la saison, il ne quittera pas le navire en cours de championnat. Alors la rumeur enfle. Le groupe aurait lâché le coach. Pourtant, que ce soit en public comme Anthony Briançon la semaine dernière ou en privé, les joueurs promettent qu’ils sont à fond derrière le technicien. Promis, juré, craché, ils veulent Bernard Blaquart comme entraîneur, et personne d’autre. Le moins que l’on puisse dire, c’est que leur match catastrophique d’hier à Bordeaux n’a pas vraiment rendu service au coach. Reste à savoir si le souhait des joueurs pèsera dans la balance en faveur de celui qui a fait remonter le club en Ligue 1. Sans compter que le contrat de l’entraîneur le lie avec Nîmes jusqu’en juin 2023, un argument de poids, car un licenciement coûterait très cher.

La banderoles des supporters nîmois samedi dernier face à Metz (photo Anthony Maurin)

Qui parle à qui ?

Pour faire simple, personne ne parle à personne. Sous couvert d’anonymat, des témoins internes au club révèlent une ambiance glaciale entre les trois hommes forts du club : Assaf, Boissier et Blaquart. Ils ne cachent plus leurs désaccords, y compris devant les joueurs. Cela a certainement des conséquences sur les résultats de l’équipe et il est très probable que des changements vont intervenir dans les heures ou les jours à venir. Le président Assaf a laissé entendre, en interne, que « les choses bougeraient cette semaine » et qu’il fallait « en finir ». Au Nîmes Olympique, la patience a des limites, y compris celle des supporters qui, samedi dernier, ont brandi une banderole où il était inscrit « Rani un nouveau stade c’est bien... en D1 c’est mieux ! » Il est en effet grand temps que tout le monde en prenne conscience.

Norman Jardin

Etiquette

2 réactions sur “NÎMES OLYMPIQUE Le stade de la rumeur”

  1. Oui il faut que çà change,mais le seul changement c’est de mettre de l’argent pour prendre des joueurs de niveaux ligue 1,sinon le reste,entraineur,directeur sportif ne sont que balivernes,ou on a les moyens de jouer en ligue 1 ou pas,c’est tout..

    1. Il faut trouver des apports finaciers,qui améneraient de l’argent au club,les chinois investissent à fond dans le foot.Il faut recruter 3 pointures au mercato pour au moins viser les barrages encore possibles.Aussi que les entreprises soutenant le club aident pour le mercato d’hiver.Mr Bourdin doit trouver un prét d’un gros joueur comme Ferri l’année derniére.Les supporters pourraient monter une cagnotte en ligne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité