ActualitésSociété

NÎMES Et pendant ce temps-là… Les arènes bientôt en chantier ?

Le chantier à ciel ouvert (Photo Anthony Maurin).

Le coronavirus n'aura pas la peau des arènes ! Notre bel amphithéâtre romain, bimillénaire car daté du premier siècle de notre ère, devait voir son chantier de restauration reprendre au printemps...

On le sait, le projet est plus qu'ambitieux mais il a déjà été fait ailleurs, comme à Arles notamment. À Nîmes, il a commencé en 2009 et a terminé sa troisième phase en décembre dernier avec la rénovation des travées 53 à 57. La phase suivante devait démarrer au printemps 2020 et concerne les travées 28 à 01.

Pour deux travées seulement, le pharaonique chantier a nécessité 30 m3 de pierre de Barutel, 3 700 heures de maçonnerie et taille de pierre (chantier et atelier de taille), 650 heures de pulpe et gommage, 900 heures de ragréage et près de 2 100 heures de fourniture de pierre !

Les diagnostics successifs montraient que depuis l’Antiquité, plusieurs facteurs, dont les destructions des gradins intermédiaires et le comblement des égouts d’évacuation, ont exposé l’amphithéâtre aux effets destructeurs des intempéries, perturbant ainsi le réseau d’évacuation des eaux de pluie tels que les Romains l’avaient initialement conçu.

Les gradins sont en partie refaits (Photo Anthony Maurin).

Lorsque les pierres sont imbibées d'eau, elles perdent 30 à 40% de leur résistance, ce qui peut provoquer leur éclatement, entraînant la fragilisation de certaines voûtes, de certains piliers et développer des altérations biologiques (algues, mousses, lichens...).

Il était donc devenu important, pour la pérennité du monument, de restaurer l'ensemble de l'édifice, de consolider et réparer chacune des 60 travées, d'examiner et diagnostiquer chaque pierre, de colmater les entrées d'eau et de remplacer les pierres trop altérées.

Façades, sommet des arènes, galeries, promenoirs et gradins sont ainsi repris. Le chantier comprend également l’installation de garde-corps et de mains courantes pas franchement esthétiques surtout quand on connaît le côté tatillon des architectes des bâtiments de France... Bref. L'ensemble du programme devrait être terminé en 2034.

(Photo Anthony Maurin).

Le coût du chantier est lourd. 54 millions d'euros HT mais il est inclus dans la programmation au Contrat de Projet Etat Région (CPER) 2017-2021. Le ministère de la Culture donne 40%, la Région Occitanie finance à hauteur de 20%, le Département du Gard à 10%, Nîmes métropole 4%, et, la ville de Nîmes et la Fondation internationale pour les monuments romains de Nîmes 26%.

À cette dernière, la Fondation internationale pour les monuments romains de Nîmes, vous pouvez faire un don si le cœur vous en dit.  Depuis 2012, elle soutient la restauration des arènes dont les mesures sont les suivantes : 133 mètres de long pour 100 mètres de large et 21 mètres de haut. N'oublions pas qu'à l'heure actuelle, l'amphithéâtre romain de Nîmes est le mieux conservé au monde...

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité