Culture

UZÈS Le festival de théâtre « Uzès en scène » se tiendra bel et bien du 18 au 22 août

Les Décaféinés (Photo : Christine Coquilleau)

Cet été, pour assister à un festival de théâtre dans le Sud, ce ne sera pas à Avignon mais à Uzès qu’il faudra aller.

Car la mairie d’Uzès et le comité des fêtes, qui portent le festival de théâtre Uzès en scène, ont décidé de maintenir la sixième édition de l’événement, qui se tiendra donc comme d’habitude du 18 au 22 août dans les jardins de l’évêché. D’habitude, le festival passe donc après celui d’Avignon et propose des pièces de théâtre de boulevard et des comédies issues du programme du festival Off de la cité papale.

Cette année, rien ne change : cinq pièces sont au programme, avec pour commencer le 18 août à 21 heures « Mariage d’enfer », une comédie de Céline Cara, avec Céline Cara et Kevin Bourges, « qui sont venus l’an dernier avec "Ils déménagent" », rappelle la conseillère municipale Séverine Peucheret, qui travaille sur le festival depuis sa création. Cette comédie sur le mariage, emmenée par un couple à la ville comme à la scène, « est une grande première car elle a été montée pour le festival d’Avignon cette année », ajoute l’élue.

Le lendemain toujours à 21 heures, place à « Qu’est-ce qu’on bouffe » de Laurent Arnoult. Une comédie sur deux colocataires : une vegan et un carnivore invétéré qui s’attellent à l’organisation d’un dîner d’anniversaire où ils devront jongler entre les intolérances alimentaires, les allergies et les interdits religieux des convives.

Le jeudi 20 août, le duo les Décaféinés joueront leur spectacle « Les Décaféinés lancent une machine », une succession de sketches dont le théâtre est une laverie où les deux hommes refont le monde. « Ce sont nos têtes d’affiche », note Séverine Peucheret, rappelant que les deux humoristes sont passés dans l’émission de Laurent Ruquier « On ne demande qu’à en rire » et qu’ils ont cartonné sur les réseaux sociaux pendant le confinement avec des parodies de chansons sur le coronavirus. Et l’un des deux, Clément Parmentier, est originaire de Marguerittes, ce qui ne gâche rien.

Le vendredi 21 août, ce sera au tour de la comédie « Par ici la monnaie », de Catherine Praud et Rémi Viallet, qui était déjà venu au festival il y a deux ans avec « Jackpot ». Une pièce sur le double braquage d’une épicerie de village la veille de Noël, prétexte à des quiproquos et des retournements de situations.

Enfin, cette édition s’achèvera le vendredi 22 août avec « Je t’aime à l’algérienne », de Kader Semer et Hugues Duquesne, vu notamment dans les Lascars gays, toujours chez Laurent Ruquier. Une comédie sur le mariage mixte qui a rencontré un grand succès à Avignon et a fait l’objet d’une tournée dans toute la France.

Voilà pour le programme. Côté pratique, le prix des place ne bouge pas, à 11 euros tarif unique. Notez que les places sont numérotées, et que la billetterie ouvrira le 13 juillet à l’office de tourisme. Les réservations par téléphone et par internet seront possibles et même conseillées. L’an passé, les spectacles se sont tous joués à guichets fermés et en l’absence du festival d’Avignon cette année les organisateurs s’attendent à une grosse demande. Précisons que les conditions sanitaires en vigueur en août n’étant pas encore connues, il est possible que le port du masque soit obligatoire aux spectacles.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité