A la uneActualités

FAIT DU JOUR Pas de coup de feu cette année pour les artificiers

Une équipe de la société Eveniums Concept a réalisé le feu d'artifice tiré hier soir à Saint-Gilles. (Photo : Stéphanie Marin)

Une année blanche. Dans ce contexte de crise sanitaire, les feux d'artifice se feront rares ce 14 juillet partout en France. Dans le Gard, seules les communes de Calvisson, Bellegarde, Bagnols-sur-Cèze et Saint-Gilles proposent un spectacle pyrotechnique.

"La situation est catastrophique." Gérant d'Eveniums Concept, Michel Moteiro n'y va pas par quatre chemins. Et pour cause. Depuis le mois de mars, les annulations se multiplient et le carnet de commandes de la société spécialisée dans les spectacles pyrotechniques basée à Rodez (Aveyron) est vide ou presque. Le gérant peut compter sur les doigts d'une seule main le nombre de feux d'artifice programmés entre le 13 et le 14 juillet. "Généralement, sur notre secteur - de Biarritz jusqu'à Avignon en remontant jusque dans le Cantal - nous réalisons une centaine de feux en deux jours", explique Michel Moteiro.

À l'origine de ces annulations, la crise du coronavirus et les mesures sanitaires. Des mesures qui ont été assouplies certes mais l'interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes est maintenue. Ainsi, de la même manière qu'elles ont renoncé aux festivités du 14 juillet, de nombreuses communes ont tiré un trait sur le feu d'artifice cette année.

Un manque à gagner pour la société ruthénoise qui réalise, en temps normal, 70% de son chiffre d'affaires annuel lors de la Fête nationale. "Le cahier des charges est trop contraignant et décourage les collectivités dont les 3/4 ont annulé leurs festivités. C'est très dur pour le secteur. De notre côté, je ne sais pas si on va pouvoir se relever de cette année blanche. Hormis le chômage partiel, nous n'avons aucune aide de l'État", s'agace le patron d'Eveniums Concept, qui compte 120 artificiers.

Saint-Gilles a ouvert le bal

Dans le Gard, le ciel s'illuminera au-dessus de Bellegarde, Calvisson et Bagnols-Sur-Cèze ce mardi 14 juillet. Mais Saint-Gilles est la première commune à avoir lancé les festivités, lundi soir. L'équipe d'Eveniums Concept était à la manœuvre. Pendant un quart d'heure, les fusées ont fendu le ciel noir, offrant au public une explosion de couleurs au fil des séquences proposées, bleu, blanc, rouge bien sûr, fuchsia, or, etc. Le tout agrémenté d'une bande musicale concoctée par les services de la Ville qui a rendu le moment encore plus festif.

Mais pour en arriver là, il a fallu convaincre le préfet du Gard et prouver la faisabilité de ce projet malgré les contraintes sanitaires imposées par l'État. Mise en place d'une fan zone sur le parking Charles-De-Gaulle, avec un accès limité à 1 000 personnes, une entrée et une sortie spécifiques, la mise à disposition de gel hydroalcoolique, l'installation de panneaux de prévention sanitaire, le port du masque fortement recommandé, etc. Benjamin Guidi, le délégué aux Festivités au sein de la municipalité saint-gilloise, a usé de tous les moyens pour que le feu d'artifice - dont le coût est de 6 000 euros - puisse avoir lieu ce lundi soir.

"Après la période difficile que nous venons de vivre, je pense que les Saint-Gillois en avaient besoin. Et puis, sur le volet économique, cet événement fait vivre les bars et les restaurants de la commune", commente-t-il. Avant le feu d'artifice, autorisé donc par le préfet, une quarantaine de musiciens a animé les terrasses de ces commerces pour compenser l'annulation du bal du 14 juillet.

Le feu d'artifice de Saint-Gilles en vidéo

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité