ActualitésCulture

PONT-SAINT-ESPRIT Le Musée d’Art Sacré du Gard se refait une beauté

Photo DR Département du Gard

Si elle prive malheureusement les Musées de France d’une de leurs principales missions, à savoir l’accueil des publics, et notamment des scolaires, la fermeture imposée des Musées au regard des événements sanitaires permet toutefois aux établissements d’engager d’importants chantiers en faveur de leurs collections et de leurs bâtiments, plus difficilement réalisables en période d’ouverture.

La Conservation départementale du Gard a ainsi souhaité mettre à profit ce moment pour programmer un diagnostic sanitaire ainsi que des opérations de restauration sur les décors peints médiévaux de la « Maison des chevaliers », entièrement classée au titre des Monuments Historiques et écrin des collections permanentes du Musée d’Art Sacré (MAS) du Gard.

« La pandémie et son confinement sont une véritable chappe de plomb qui se sont posés sur nos vies. Raisons de plus pour préparer les lieux et réfléchir à de nouveaux formats pour les évènements culturels. C’est ce à quoi nous travaillons au Musée d’Art Sacré, et dans l’ensemble du département. Plus que jamais, si nos poumons ont besoin d’air, nos cerveaux vont avoir besoin d’art » déclare  Françoise Laurent-Perrigot, présidente du Département du Gard.

Près de trente ans après la découverte et les premières restaurations de ce fabuleux patrimoine, c’est aujourd’hui la restauratrice Anne Rigaud, spécialiste des décors peints, qui est chargée de cette intervention. Le chantier qui se déroule en deux temps a démarré le lundi 18 janvier et se terminera lundi 1er février.

Photo DR Département du Gard

La phase d’étude, la plus conséquente, d’abord se concentre sur l’évaluation de l’état sanitaire des plafonds peints de la Cour royale de Justice (1337-1343) et de ceux de la Salle d’apparat haute, datés pour leur part de 1450. L’établissement de constats détaillés et le relevé minutieux des fissures provoquées par les mouvements du bâtiment et les affres du temps doivent permettre, dans les années à venir, d’effectuer un suivi rigoureux de l’évolution des altérations, et d’anticiper d’éventuelles restaurations.

Dans un second temps, il s’agit pour Anne Rigaud de procéder à la consolidation de quelques enduits décollés sur les murs peints de la Salle d’apparat haute, par une injection de coulis de chaux. La réintégration picturale, dernière étape de la restauration, permet enfin que ces petites zones lacunaires retrouvent tout l’éclat de leur couleur et se fondent à nouveau dans cet exceptionnel ensemble peint.

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité