Bagnols-UzèsSociété

GARD RHODANIEN La résistante Dora Gurfinkiel-Lessman reçoit les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur

Le colonel Alain David a remis à Dora Gurfinkiel les insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur. (DR)
Dora Gurfinkiel fut une grande résistante pendant la Seconde guerre mondiale. (DR)

Ce samedi, au Mas de So à Laudun-l'Ardoise, le colonel Alain David, président du comité de la Légion d'Honneur de Bagnols-sur-Cèze-Gard rhodanien, a remis les insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur à Dora Denise Gurfinkiel-Lessman (nom de guerre Françoise). Née le 16 août 1925 en région parisienne, rien ne laissait penser que cette grande dame viendrait en Provence.

De confession juive, Dora Gurfinkiel-Lessman est contrainte après la promulgation des lois iniques du régime de Vichy de se réfugier en zone dite libre, dans une ferme de la région de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence). Elle a 18 ans quand elle s'engage dans la résistance en double qualité d'agent de liaison et de dactylo.

Elle parcourt à bicyclette l’arrière-pays, porte messages, tracts et documents divers. Elle rédige des articles pour le journal clandestin "Le Chant du départ", des activités qui lui vaudraient une arrestation immédiate.

Le 15 juillet 1944, elle est à Oraison, là où se réunissent tous les chefs du Comité départemental de la Libération. Contrôlée une première fois lors d’un barrage allemand, sur ordre, elle y retourne le lendemain et brave à nouveau le contrôle avec une rare témérité. Arrivée au barrage, ce ne sont plus des Allemands mais des pseudos résistants qui sont présents. Cela l’étonne.

Elle est emprisonnée aux Baumettes puis parvient à s'évader

Elle apprendra plus tard, qu’agissant sur dénonciation d’un traître, ce sont les tristement célèbres collaborateurs français issus de la pègre marseillaise dits "Brandebourg" qui opèrent. Ceux-là même qui ont agi à Pont-Saint-Esprit (la Citadelle) et Bagnols-sur-Cèze dans la même période. Dora Gurfinkiel-Lessman passe sans encombre le contrôle et rejoint la ferme du couple Benoit après avoir récupéré une machine à écrire à la gendarmerie du lieu. C’est à ce moment qu’elle est interpellée par les miliciens.

La quasi-totalité des responsables de la Résistance locale a été arrêtée ce jour-là, dans ce qui deviendra le guet-apens d’Oraison, opération conjointe des nazis, de la milice et des brandebourgeois. Déplacée sur le SIPO-SD (Gestapo) de Marseille, sis au 425, rue du Paradis, elle est interrogée, battue, torturée par Ernst Dunker, le chef des gestapistes. Elle ne dit mot.

Affaiblie, perdant connaissance à plusieurs reprises, elle est emprisonnée aux Baumettes, doit être fusillée, sans jugement, le 17 août. Le 15, jour du débarquement de Provence, l'attention des miliciens se relâche, sentant le vent tourner. Certains oublient de fermer les cellules à clé. Dora Denise Gurfinkiel-Lessman réussit alors à s’évader avec d'autres camarades, et échappe ainsi à une mort certaine et programmée. Elle apprend quelques jours après que son frère, résistant dans la région de Grenoble, a été fusillé. Plus tard, elle comprend que sa mère déportée dans un camp d’extermination ne reviendra pas.

Elle s'enfuira ensuite pour le Brésil, à Sao Paulo, avec son mari, rejoindre deux de ses tantes qui sont parties s'y réfugier. Dora Denise Gurfinkiel-Lessman y restera une quinzaine d'années avant de repartir en France où elle postulera comme sténo-dactylo à la Comédie française. Elle y fera carrière pendant vingt ans et encore aujourd'hui est invitée chaque année à l'arbre de Noël.

"Elle a un incroyable parcours. Beaucoup de jeunes femmes n'ont pas été honorées après la guerre. La Résistance était vue comme très masculine, mais ce n'est pas vrai. Tous les tracts, les journaux étaient faits par des femmes comme elles qui risquaient gros. C'est une héroïne ordinaire, comme tant d'autres. Elle présente toutes les valeurs de la Légion d'Honneur", rapporte le colonel Alain David.

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité