Bagnols-UzèsEconomieÉducation

GARD RHODANIEN La formation d’opérateur en assainissement-démantèlement nucléaire s’étoffe

L'ensemble des partenaires de la formation autour du député Anthony Cellier (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
L'ensemble des partenaires de la formation autour du député Anthony Cellier (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Après une première promotion en 2020, la formation d’opérateur en assainissement/démantèlement dans le nucléaire, lancée par Kairos, le Greta et le campus des métiers du lycée Albert-Einstein de Bagnols s’étoffe. Objectif : monter une deuxième promotion pour pouvoir prétendre à une certification, et donc à une pérennisation. 

Déjà, un bilan de la première promotion, qui s’est tenue d’août à fin décembre 2020 : elle a connu 9 élèves, « des demandeurs d’emploi de 18 à 47 ans venus de divers horizons », précise le patron de D&S Groupe, dont fait partie Kairos, Julien Feja. 8 entreprises ont joué le jeu, « et dans les six mois après la formation, nous en sommes à 100 % d’embauches, tout le monde a un CDI », présente le gérant de Kairos formation Julien Guy. 

Il faut dire que ces profils sont très recherchés par le secteur du nucléaire, notamment les sous-traitants des grands donneurs d’ordre membres de l’opérateur de compétences interindustriel OPCO 2i. Cette première session a donc été couronnée de succès, et il en faut une deuxième désormais pour prétendre à l’inscription au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) et ainsi la voir pérennisée et proposée en alternance. Une issue souhaitée par l’ensemble des partenaires, dont la liste s’est étoffée. 

Ainsi, cette année c’est le Groupement d’employeurs pour la qualification et l’insertion vallée et delta du Rhône (GEIQ) qui, dans le cadre de ses missions, salariera les stagiaires pendant leur formation et leur séjour en entreprise. De quoi simplifier les choses, le fait de trouver des entreprises ayant été difficile sur la première promotion d’une formation pas encore reconnue. « Nous allons proposer une formule en contrat de professionnalisation expérimental, pour coupler avec une expérience en entreprise », explique Pauline Ruy, la directrice du GEIQ basé à Bagnols. 

Ainsi, « la responsabilité de l’employeur sera partagée entre le GEIQ et et l’entreprise adhérente », poursuit-elle. Le GEIQ compte 18 entreprises industrielles ainsi que celles de l’Union des industries et métiers de la métallurgie Gard/Lozère et Alpes/Méditerranée. C’est désormais à elles de se positionner pour accueillir des impétrants. « Il y a un vrai enjeu sur ce territoire, on créé une dynamique autour de la filière, et l’assainissement-démantèlement en fait partie », note le député Anthony Cellier. Et les enjeux sur l’assainissement-démantèlement étant nationaux voire internationaux, le parlementaire y voit aussi une façon de faire rayonner le territoire : « c’est ici que ça se passe. » 

Pour y contribuer, cette formation a été complétée cette année grâce à l’APAVE, qui « vient en complément pour la formation qui donne accès aux centrales nucléaires d’EDF pour donner une plus grande employabilité aux candidats », précise le chef d’agence de l’APAVE Michel Marchio. Les candidats sont quant à eux « sourcés » par Pôle Emploi et la Mission locale jeunes Gard rhodanien-Uzège. « C’est un partenariat de territoire, note le responsable de la formation pour l’APAVE Sébastien Daniaud. C’est une vraie force pour apporter une solution de territoire. » 

Voilà pour le dispositif à disposition des entreprises. Comme dit plus haut, à elles de se positionner désormais, idéalement d’ici la fin du mois de juillet. « Il y a un enjeu de territoire, les entreprises disent qu’elles ne trouvent pas le personnel qualifié, là c’est une main tendue, ajoute Anthony Cellier. Nous leur disons aidez-nous à qualifier une formation dont vous aurez besoin. » Car « Il nous faut le besoin des entreprises pour présenter des candidats », résume Pauline Ruy. L’objectif est de démarrer cette deuxième session à l’automne. 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité