ActualitésCamargueEconomieGard

CAMARGUE Économie, écologie, traditions et culture sont maintenant reliées à la CCI

Unis dans le même sens entre Camargue, CCI et traditions (Photo Anthony Maurin).
Bruno Pascal, André Brundu et Eric Giraudier (Photo Anthony Maurin).

Double rendez-vous à la Chambre de commerce et d'industrie du Gard avec la Camargue. Une convention qui réintègre la CCI sur le secteur de la Camargue et une nouveauté en la création de deux entités et des verres réutilisables qui vont avec pour une transmission des traditions un peu différente.

Cela fait quelques temps que la CCI n'a pas mis directement les pieds dans le sud du département. Pourtant, une autre CCI, celle de l'Hérault a pris la relève. Dans un souci d'accentuer son emprise sur le territoire gardois et surtout pour remettre la Chambre sur les rails de l'économie du Gard, la CCI, via son président Éric Giraudier, vient de signer une convention de partenariat avec la Communauté de communes de petite Camargue représentée par André Brundu, président de la CCPC.

"Nous sommes ici pour concrétiser deux actions à commencer par cette convention qui signifie le réengagement de la CCI sur la zone sud car nos prédécesseurs avaient abandonné le secteur. Ce choix a eu des impacts et cette logique très négative n'est pas la notre. Je suis très attaché à ce retour de la CCI en Camargue, on veut de la proximité, nous ne restons pas à Nîmes pour attendre les porteurs de projets. On a des budgets serrés et on minimise les coûts de fonctionnement grâce aux locaux mis à disposition par la CCPC", affirme Éric Giraudier.

Le futur siège de la CCI30, la Maison de l'entreprise, a vu son permis déposé récemment et les premières réunions de construction vont se tenir en ce mois d'octobre. "Ce sera un hub, une rampe de lancement. Nous devons accompagner les gens car nous ne sommes ni omnipotents, ni omniscients. En tout cas, et pour revenir au sujet du jour, je suis très heureux de ce retour en grâce de la CCI sur les belles terres camarguaises car la CCPC a une volonté et une ambition pour l'économie de son territoire", poursuit Éric Giraudier.

La convention est signée (Photo Anthony Maurin).

Président de la CCPC ayant mis à disposition des nouveaux locaux (à Vauvert) pour que la CCI puisse avoir un base avancée sur son territoire, André Brundu est fier de ce retour qui aura des conséquences positives sur ce secteur sensible. "Ce fut logique de pouvoir laisser des locaux à la CCI afin qu'elle revienne chez nous. Les gens sont en demande, c'est un avantage pour nous et ce retour est très positif. Nombreuses de nos grandes entreprises sont confrontées aux normes environnementales et sont bloquées par des sites Natura 2000, le PPRI, le SCoT..."

Autre sujet, autre convention de partenariat cette fois avec l’association Solidarité Camarguaise représentée par Clothilde Manaud, sa présidente. En effet, des étudiants du campus CCI Gard seront maintenant liés au projet de développement commercial de l’association dont l’objectif est de défendre les intérêts des traditions camarguaises.

Unis dans le même sens entre Camargue, CCI et traditions (Photo Anthony Maurin).

Voilà fin projet qui a du sens. Une dimension historique et culturelle, une autre économique et enfin, une dernière écologique. Dans le désordre mais c'est le but. L'écologie se fait par celles et ceux qui font le territoire et ce projet semble vertueux. Créer ses propres verres réutilisables, estampillés de nos traditions, pour faire la fête de manière responsable. Un commerce en B to B ou directement avec les particuliers.

"Merci à Christophe Brunetti ! Rendons à Cesar ce qui lui appartient car c'est lui qui est la cheville ouvrière de ce projet, c'est lui qui a fait le travail et porté cela. Le concept va avoir de très bons résultats sur la commercialisation du produit Camargue. Nous allons mettre à disposition plusieurs groupes d'étudiants dessus. On peut faire un très bon boulot et nos étudiants sont déjà très enthousiastes. Ce triptyque culture, économie et écologie me plaît", assure Éric Giraudier.

La solidarité a du coeur et s'occupe des traditions en Camargue (Photo Anthony Maurin).

Et Christophe Brunetti de relancer : "Donner la possibilité à une association et une entreprise de faire vivre leurs traditions, c'est une bonne chose. Le peu d'argent en plus permet de faire durer ces traditions sur le territoire car en plus de tout cela, n'oublions pas qu'on parle d'entretien du territoire... Un taureau a besoin d'un hectare, s'il n'y a plus de traditions, il n'y a plus de taureaux et donc plus d'entretien de notre belle Camargue."

Béranger Aubanel, président d'Unité camarguaise, rebondit : "Avec Christophe, le courant est tout de suite passé. La marque que nous créons sera notre vitrine. En tant que représentant d'une vieille manade née en 1896 j'y vois aussi l'opportunité de créer une Camargue 2.0. Je représente Unité camarguaise et nous voulons ouvrir cette marque au grand public avec ces gobelets réutilisables. Mais nous sommes aussi en lien avec Le Coq Sportif pour une ligne de vêtements ainsi qu'avec la Coutellerie camarguaise..."

Signature de la deuxième convention par Clothilde Manaud (Photo Anthony Maurin).

"Les manadiers ont bien souvent plusieurs chapeaux et c'est compliqué de mener à bien toutes les choses sur ces nombreux fronts. Nous mettons donc en place un partenariat avec la CCI qui mettra à son tour des élèves motivés par le projet à disposition pour travailler dessus", précise Christophe Brunetti. Pour Clothilde Manaud, présidente de l'association : "Nous voulons défendre nos territoires en créant un maillage le plus complet possible. Nous devons communiquer, évoluer pour être en phase avec la société. Nous avons donc besoin du regard et des idées de la jeunesse. Il faudra qu'ils mettent de la modernité dans tout ça, qu'ils aillent sur des sentiers différents."

"Des jeunes vont éduquer d'autres jeunes, le message passera peut-être mieux ! C'est la base d'une belle construction pour avoir une arme défensive pour nous traditions", conclut Christophe Brunetti. Pour commémorer le centenaire de la Levée des Tridents tout le monde sera sur le pont le 14 novembre à Nîmes.

Clothilde Manaud, Béranger Aubanel et Christophe Brunetti (Photo Anthony Maurin).

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité