Alès-CévennesCultureVidéo

LA GRAND’COMBE L’association Soleil dansant à l’aube de ses 20 ans

Sébastien Saint-Léger, Pascale Eugène, Célia Giordano et Gil Robert attendent les 20 ans de Soleil dansant avec impatience. (Photo Corentin Migoule)
Sébastien Saint-Léger, Pascale Eugène, Célia Giordano et Gil Robert attendent les 20 ans de Soleil dansant avec impatience. (Photo Corentin Migoule)

Dans quelques jours, le 21 mai, l’association Soleil dansant, véritable institution grand’combienne, célèbrera ses 20 ans d’existence à l’occasion d’un événement organisé à la salle Marcel-Pagnol. Un mois plus tard, le grand gala de l’école de danse fera son retour après deux années tronquées par la pandémie.

« 20 ans ça se fête ! » Gil Robert a raison. Le président de l’école de danse Soleil dansant, qui fait les beaux jours de la cité grand’combienne depuis 2002, a concocté un joli rendez-vous pour célébrer comme il se doit cette date anniversaire. Ainsi, le 21 mai, dans la salle Marcel-Pagnol, une journée « retrouvailles » est organisée par l’association. La projection d’un film réalisé par Marc Laforêt retraçant l’histoire de l’association et une expo-photo comprenant des coupures de presse sont notamment au programme.

Les 150 adhérents et les nombreux bénévoles sont évidemment conviés : « On invite tous ceux qui sont passés un jour par l’association à venir », précise le vice-président, Sébastien Saint-Léger. Ce qui ferait du monde, beaucoup de monde ! Car la structure jadis présidée par Pascale Eugène a brassé jusqu’à 320 licenciés par saison au début des années 2000. À ce titre, la soirée des 20 ans revêt un caractère mémoriel pour Célia Giordano, directrice artistique de Soleil dansant : « C’est un moyen de ne pas oublier ces belles années qui sont passées très vite. J’espère qu’on arrivera à réunir la grande famille « Soleil dansant » car je crois qu’on a apporté beaucoup de joie. »

Le batteur de Kendji à La Grand’Combe

Un mois plus tard, le 18 juin, la salle polyvalente Denis-Aigoin accueillera le grand gala annuel de l’école de danse qui fait son retour après deux ans d’absence. Pour l’occasion, Célia Giordano peaufine actuellement les nombreuses chorégraphies qui seront exécutées par des danseurs âgés de 2 à 70 ans. La présence de musiciens professionnels tels qu’Anthony Giordano, qui n’est autre que le batteur de Kendji et Louane, donnera à cette soirée culturelle un caractère pluriel. « C’est une marque de fabrique de l’association qui a toujours associé la danse avec les arts », justifie la directrice artistique.

Au rayon des bonnes nouvelles, figure aussi l’ouverture d’une antenne de l’association au Collet-de-Dèze (Lozère) depuis le début de la saison. « Soleil dansant est une association qui draine beaucoup de jeunes qui n’habitent pas forcément à La Grand’Combe. Alors on a eu l’idée d’ouvrir cette nouvelle antenne qui est fréquentée par une quarantaine de licenciés », résume Gil Robert. Avec le même pragmatisme, le président analyse par ailleurs la situation d’un club où tout n’est pas rose : « Le covid a fait très mal au monde associatif. On n’a pas pu organiser notre traditionnel loto pendant deux ans pour récolter des fonds qui nous permettent de payer nos six professeurs. Cette année, le pass sanitaire a refréné les ardeurs de beaucoup de monde. On a limité la casse mais on perd chaque année des adhérents (150 aujourd’hui, NDLR) et les bénévoles sont de plus en plus difficiles à trouver. »

La rénovation de la salle, « une urgence »

« Ça a mis beaucoup de temps à redémarrer. On ne retrouve que maintenant cette envie de danser, cette passion », assure quant à elle Célia Giordano qui s’active actuellement à recruter un nouveau professeur de hip-hop pour élargir la palette de l’école (classique, modern-jazz, ragga, jazz-funk, zumba et fitness y sont déjà proposés). Si l’association, par l’intermédiaire de sa trésorière Pascale Eugène, s’échine à pratiquer des tarifs « très avantageux pour donner accès à la culture à tout le monde » en tenant compte des spécificités socio-économiques locales, son attractivité passe aussi par la rénovation de la salle des Pelouses.

En effet, il suffit de visiter cet ancien centre d’apprentissage des mineurs dans lequel s’entraînent chaque jour les danseurs pour appréhender la nécessité d’y entreprendre des travaux. « Quand il pleut, on prend l’eau », assure le président de l’association. « Ça devient une urgence. Si ça ne bouge pas, ça nuira à Soleil dansant ! », prévient la directrice artistique. Selon nos informations, la municipalité grand’combienne s’est engagée à refaire a minima la toiture et les huisseries dans les meilleurs délais. De quoi fêter ses 20 ans avec plus de sérénité.

Corentin Migoule

L’association Soleil dansant met en vente des polos (15 euros) et des tee-shirts (10 euros) à l’occasion des 20 ans, sur commande au 06 18 34 65 59.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité