Actualités
Publié il y a 8 ans - Mise à jour le 15.06.2014 - tony-duret - 2 min  - vu 353 fois

LE PORTRAIT DU DIMANCHE Les élèves de la Vallée Verte de Vauvert formidables dans la peau de magistrats

Manon, la présidente du tribunal, quelques minutes avant l'ouverture du procès. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Après des mois de travail, les élèves d’une classe de 4ème du collège la Vallée Verte de Vauvert ont réalisé une véritable performance. Pendant près d’une heure, ils ont reconstitué une audience correctionnelle. Chapeau !

Une sonnerie résonne dans la première chambre civile du tribunal de grande instance de Nîmes. Dans le public, tout le monde se lève. La salle d’audience est alors plongée dans un grand silence rompu par l’entrée de Manon, la présidente du jour, d’un jour même, et de ses deux assesseurs. « Vous pouvez vous asseoir », lance-t-elle au public avec une assurance déconcertante. Comme si la jeune fille avait fait ça toute sa vie. Et pourtant, du haut de ses 14 ans, on se doute bien que Manon ne porte pas une robe de magistrat et n’endosse pas de telles responsabilités tous les jours. Manon, comme les 27 autres élèves de sa classe de 4ème du collège la Vallée Verte de Vauvert, participe à  une expérience unique : la reconstitution d’un procès au tribunal correctionnel.

Les victimes au premier rang et le public écoutent attentivement les débats. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Dans le cadre de la ZSP (Zone de Sécurité Prioritaire), Jean-Loup Munier, le principal de l’établissement, accompagné des membres du CIDFF (Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles) et du conseil général, a lancé ce projet en début d’année scolaire. Depuis le mois de septembre, à raison de plusieurs heures par semaine, les élèves répètent inlassablement leur texte et peaufinent leur rôle. Pour n’omettre aucun détail, sous la houlette de leur professeur d’histoire-géographie Marie-Laure Soriano, les collégiens ont assisté à des procès bien réels et ont pu échanger avec des avocats, des magistrats, des journalistes… Eux aussi bien réels.

Les trois accusés baissent la tête devant les magistrats. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Ce vendredi 13, donc, c’est le grand jour ! Au fil des minutes, la pression monte. D’autant que les élèves sont filmés, comme l’explique le proviseur Jean-Loup Munier : « Le DVD réalisé aura une vocation pédagogique. Il sera proposé à d’autres établissements scolaires du département puisqu’il s’inscrit complètement dans le programme de quatrième ». Par ailleurs, en septembre prochain, une grande soirée aura lieu au collège de la Vallée Verte réunissant les jeunes acteurs, bien entendu, mais aussi leurs parents et camarades.

Sydney, une procureure très impliquée. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Plus que quelques minutes avant le début du procès. Malgré l’enjeu et une chaleur étouffante, les élèves restent concentrés. Avant l’audience, Manon, la présidente, avoue être « un peu stressée ». Mais ce qui l’inquiète surtout, c’est son rôle à contre-emploi : « Je dois être très sévère avec les prévenus ». Oussama, lui, est l’avocat d’un accusé : « J’aime bien me mettre dans le rôle d’un personnage. Il faut avoir le ton et les gestes. Par contre, j’ai des petits trous sur la fin de mon intervention mais, au pire, je pourrais regarder ma feuille ».

Maître Oussama, avocat d'une accusée. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Pendant un peu plus d’une heure, ce vendredi 13 juin, Oussama, Manon, Sydney, Axel et les autres tiendront parfaitement leur rôle. Les trois prévenus, Lucas, Leïla et Pierre, accusés d’agression sexuelle sur mineur, ont été condamnés à des peines de prison appropriées. Il est 16 heures, l’audience est levée. Tout le monde souffle. Tout s'est bien passé. Bravo !

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Tony Duret

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais