Actualités
Publié il y a 5 ans - Mise à jour le 01.05.2017 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 416 fois

PRÉSIDENTIELLE Debout La France réagit à l'accord conclu avec le FN

Jacques Armando est le président de Debout La France dans le Gard. (Photo : droits réservés)

Dans le Gard, le président de Debout La France (DLF) salue l’accord de gouvernement, conclu entre Nicolas Dupont-Aignan et la candidate du Front National, Marine Le Pen.

Objectif Gard : Votre président et Marine Le Pen ont conclu une alliance, pour le second tour de la Présidentielle. Qu’en pensez-vous ?

Jacques Armando :  J’y suis entièrement favorable ! C’est une décision qui force le respect. Nicolas Dupont-Aignan met sur la table sa carrière politique pour défendre sa vision de la France.

Qu’est-ce qui rapproche le FN de Debout La France ?

Le patriotisme ! Le refus de cette mondialisation exacerbée ! Au second tour, deux forces politiques s’affrontent : Emmanuel Macron, qui représente ceux qui sont favorables à une mondialisation inhumaine. Et de l’autre, le patriotisme économique, mené par le couple présidentiel Marine Le Pen-Nicolas Dupont-Aignan (en cas de victoire NDA sera nommé Premier ministre, NDLR). Nous, nous pensons que la mondialisation doit servir les peuples. Concernant les mesures qui nous rapprochent : interdire l’importation des produits chinois fabriqués par les enfants.

De quels produits est-il question ?

Je n’ai pas d’exemple précis… Je ne suis pas un expert, je ne vis pas de la politique.

Certains membres de DLF ne sont pas favorables à cet accord. En cause : l’affaire des assistants parlementaires du FN. Vous les comprenez ?

C'est vrai, il y en a quelques uns qui sont contre. C'était le cas dans le Gard mais, au vu du déversement de haine qu’a suscité ce ralliement, certains ont changé d’avis ! Pour les autres, je ne porte pas de jugement. Concernant l’affaire des assistants, il s’agit d’une affaire européenne. De toute façon, Marine Le Pen a signé un accord avec Nicolas Dupont-Aignan, précisant que toute personne ayant un casier judiciaire sera exclue de n’importe quel mandat local ou national. Ça va dans le bon sens…

Le député européen FN, Jean-François Jalkh, aurait émis des doutes en 2000 sur l’utilisation du gaz Zyklon dans les camps d’extermination nazis. Ces propos ne vous gênent pas ?

Je condamne cette déclaration, mais je ne suis pas là pour juger les personnes du FN. Des personnes qui prennent des positions insupportables, il y en a dans tous les partis. Pierre Laval (membre de la SFIO, Pierre Laval était entré au gouvernement du Maréchal Pétain en 1940, NDLR) n’était pas FN… Dans ma jeunesse, j’ai été scrutateur au PS… J’en ai entendu des vertes et des pas mûres !

En échange du soutien de Debout La France, le FN s’engage à ne pas présenter de candidat aux Législatives dans 50 circonscriptions. Le Gard est-il concerné ?

Sincèrement, je ne sais pas. J’ai même téléphoné ce matin à mon parti… Cet accord est allé tellement vite, que tout n’est pas encore bien préparé.

Propos recueillis par Coralie Mollaret

*À la demande des magistrats français, le Parlement européen a enclenché le processus qui pourrait aboutir à la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen. Dix-sept élus européens du Front national sont soupçonnés d’avoir utilisé des fonds européens pour rémunérer des collaborateurs ne travaillant pas pour l’Europe. Pour rappel : toute personne qui se voit reprocher une infraction est réputée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement prouvée.

Coralie Mollaret

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais