Actualités
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 02.01.2018 - florence-genestier - 3 min  - vu 975 fois

UN JOUR, UN HÉROS Sylvain Maurin se bat pour des plages sans plastique

Sylvain Maurin, ex-champion de planche à voile et de kitesurf, a décidé de dépasser les limites de son département préféré pour lutter contre la pollution plastique des plages et des océans. Deux régions, quatre départements, de Port Saint-Louis à la Grande Motte, Ecodunes alerte et nettoie des coins de Camargue délaissés...
Sylvain Maurin aime tellement la Camargue qu'il la nettoie

Au Grau-du-Roi, les déchets dénichés en quelques heures dans les rochers, rive gauche, le long du canal.

Prendre soin des mers et des océans est héroïque. Mais désespérant quand on choisit de lutter contre une pollution inextinguible.

En créant l'association Ecodunes en 2015, Sylvain Maurin était déjà bien conscient que le nettoyage des plages et des dunes de Camargue, du Vidourle à Port-Saint-Louis était une mission ardue et interminable. Un jour sans fin tant les tonnes de déchets charriées par le Rhône sont nombreuses. Un jour sans fin, sans marmotte vedette, mais avec des tonnes de polystyrène, de canettes, de mégots sans arrêt ramassées. "Et encore, explique-t-il, on n'imagine pas les couches et les ordures cachées, la pollution présente et incrustée qu'on ne voit pas. Zéro plastique en Camargue, c'est de la science-fiction !"

Cet habitant du Cailar, amateur de la Camargue sans frontière, a développé un amour de la mer hors du commun. Depuis 1985, il a participé à de nombreuses compétitions dans le petit monde de la glisse. Excellant d'abord en planche à voile, six ans de compétition mondiale, puis en kite surf, option mordu de vitesse. Il ne tient pas à s'étaler sur son palmarès. On apprend juste qu'il a fait partie des vingt meilleurs mondiaux de la discipline venteuse. En 2006, il est officiellement numéro trois mondial de la vitesse en kite-surf, vice-champion du monde. Et c’est naturellement au sein de sa communauté de kitesurfeurs, tous sensibles à l’état des plages et de la mer, qu’il jette les bases de son association et trouve ses premiers adhérents. De Port-Saint-Louis à Beauduc, des Saintes au Boucanet. Limitée aux sportifs au départ, l'association sait drainer lors des collectes des familles, des retraités, des gens choqués par cette pollution.

Jeune retraité de 57 ans, il a aussi travaillé pour la compagnie nationale du Rhône (CNR) à différents postes. Barrages hydro-électriques, canaux, écluses, il a terminé sa carrière dans la compagnie en patrouillant de Montélimar au delta du Rhône. Un matelot sentinelle privilégié mais aussi témoin des dégâts après les décrues. "Au dessus d'Arles, dans les branches des arbres à 2m50 du niveau habituel du fleuve, on voyait les déchets s'accrocher.  Entre les sports de glisse et mon boulot, il aurait vraiment fallu que je sois aveugle pour ne rien constater."

Dénicher les déchets

Arpentant avec son vélo électrique et sa remorque les coins les plus exposés du littoral qui pour les mairies n'ont pas d'intérêt, il ne revient jamais bredouille. S'il constate que les plages gardoises, d'un intérêt économique et touristique certain, sont moins souillées que d'autres en Camargue, tout n'est pas net. Un jour, équipé et sécurisé, il est allé nettoyer les rochers à l'embouchure du canal, rive gauche, au Grau-du-Roi pendant plusieurs heures. La moisson fut volumineuse. Caisses de polystyrène qui s'envolent des chaluts, tongs, briquets, balles de tennis, bouteilles plastiques qui durcissent et éclatent ont fini dans sa remorque.

"Avant tout, il faut être sensible à cette question et faire de notre mieux. Quand j'ai commencé, je partais seul le matin à l'Espiguette  et j'étais l'un des rares à collecter les déchets. Maintenant, quand je me déplace, je croise toujours deux ou trois personnes occupées à la même tâche que moi." De quoi encourager davantage une personnalité qui ne se décourage jamais. Si les journées de nettoyages organisées par diverses associations se multiplient dans l'année, elles restent encore rares. Pour l'instant, Ecodunes souhaiterait accéder à des endroits un peu oubliés, difficiles d'accès et sans doute souillés comme participer à la sensibilisation des écoliers ou collégiens sur le sujet. Une tâche sans fin, vous dit-on.

florence.genestier@objectifgard.com

Ecodunes existe officiellement depuis 2015. Elle a pour vocation la dépollution du cordon dunaire en Camargue et petite Camargue. Par mail : ecodunes@gmail.com. L'association tient à remercier tous ses adherents pour les missions passées et à venir, ainsi que ses partenaires: La Compagnie Nationale du Rhône, l'Institut Marin du Grau-du-Roi, et le Parc Naturel Regional de Camargue.

Florence Genestier

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais