Actualités
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 10.05.2015 - thierry-allard - 1 min  - vu 199 fois

UZÈS Mas Careiron : le député Cavard va demander un médiateur

Le député Christophe Cavard (Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard)

C’est un conflit qui dure, qui dure… Depuis plus de sept mois, le plan d’économies de la direction du centre hospitalier du Mas Careiron, à Uzès, est au cœur d’un différend entre les salariés et le directeur de l’établissement Pierre Nogrette.

Face à une situation complètement bloquée, le député Christophe Cavard va poser une question à la ministre de la Santé Marisol Touraine sur le centre hospitalier le 19 mai à l’Assemblée Nationale « pour demander un médiateur, car là le dialogue est coupé », explique l’élu.

« Les syndicats ont de vraies propositions »

Un élu qui semble avoir choisi son camp : « les syndicats ont de vraies propositions, et veulent un vrai dialogue. M. Nogrette dit non à tout ce que proposent les salariés, et j’ai vu des comportements très provocateurs de sa part, c’est aussi sa personnalité qui pose problème. » Comprendre qu’un départ de l’actuel directeur ne serait pas pour lui déplaire.

Pour Christophe Cavard, la question « est beaucoup plus large que le point des 11 jours de congés, le Mas Careiron a été un exemple dans la psychiatrie en France, il serait très dommage aujourd’hui qu’on soit dans une logique hospitalière bête et méchante. »

Les prochaines semaines pourraient donc s’avérer décisives pour régler le conflit, alors que le conseil de surveillance du Mas Careiron s’apprête à changer de président, Denis Bouad passant la main à sa binôme écologiste Bérengère Noguier.

Retrouvez l'intégralité de nos articles sur le conflit au Mas Careiron ici.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais