Publié il y a 29 jours - Mise à jour le 22.06.2024 - Thierry Allard - 3 min  - vu 590 fois

FAIT DU SOIR La dynastie Bugatti et les chefs-d’œuvre de Monticelli au cœur d’une double exposition événement

Les oeuvres de la fratrie Bugatti et de Monticelli sont à voir à Uzès jusqu'au 13 octobre

- Photo : Thierry Allard

Depuis 2022, Uzès accueille, au sein de son ancien évêché, une exposition événement annuelle. Cette année, l’organisateur Marc Stammegna et la ville d’Uzès voient encore plus grand, avec une double exposition qui est à la fois une première en Europe et déjà une référence.

Il s’agit de la première fois en Europe que les oeuvres des trois artistes de la famille Bugatti sont réunies en un même lieu. Quant à la référence, toutes les toiles majeures d’Adolphe Monticelli, précurseur de l’impressionnisme dont Marc Stammegna est le spécialiste international de référence, sont aussi à Uzès.

Les organisateurs et le descendant des Bugatti, Michel Bugatti (à G.), vendredi soir à Uzès • Photo : Thierry Allard

Commençons par Bugatti, dont le commun des mortels connaît les voitures, oeuvres d’Ettore Bugatti. Mais ce qu’on sait moins, c’est que Carlo et Rembrandt Bugatti ont eux aussi marqué leur art, Carlo dans les meubles et Rembrandt non pas dans la peinture mais dans la sculpture. « Des meubles d’une grande modernité et d’une élégance remarquable, et des bronzes qui ont ouvert la voie à l’impressionnisme dans la sculpture, Rodin fut un des passionnés des sculptures de Bugatti », présente Marc Stammegna, commissaire cette année encore de l’exposition. Quant à Ettore Bugatti, l’aîné de la fratrie, « il a élevé la voiture à l’échelon d’oeuvre d’art », rajoute-il.

Les oeuvres de la fratrie Bugatti et de Monticelli sont à voir à Uzès jusqu'au 13 octobre • Photo : Thierry Allard

« Ce sont trois personnages indissociables, trois autodidactes qui ont excellé dans trois arts différents », pose François Melcion, ancien directeur du salon de référence Rétromobile, qui a rejoint Marc Stammegna pour monter cette double exposition. Les deux hommes, qui font autorité dans leurs domaines respectifs, ont pour point commun d’avoir pris leur retraite dans l’Uzège, et « d’investir leur temps, leurs connaissances et leurs réseaux bénévolement, ce qui est rare à notre époque », saluera le maire Jean-Luc Chapon. D'autant que l'exposition, qui présente des pièces issues de collections privées, a été compliquée à monter. 

Les oeuvres de la fratrie Bugatti et de Monticelli sont à voir à Uzès jusqu'au 13 octobre • Photo : Thierry Allard

Côté Bugatti, on peut y voir « neuf véhicules emblématiques », présente François Melcion. Des voitures pour certaines centenaires, comme cette Type 35 GP Lyon de 1924, cette Type 23 de 1922, des raretés, comme cette Type 40 de 1927 dont il ne reste que 40 exemplaires ou encore cette minuscule Type 56 de 1931, dont la vitesse de pointe culminait à… 20 km/h (loin de la Bugatti Chiron d’aujourd’hui, voiture de série la plus rapide du monde), dont il ne reste que 4 exemplaires.

Les oeuvres de la fratrie Bugatti et de Monticelli sont à voir à Uzès jusqu'au 13 octobre • Photo : Thierry Allard

À l’étage, desservi depuis peu par un ascenseur et dont deux salles supplémentaires ont été rénovées, on découvre les oeuvres des deux autres frères Bugatti : les meubles d’inspiration orientale de Carlo Bugatti, qui ornaient les salons les plus raffinés de l’aristocratie européenne à la fin du XIXe siècle. Un bureau signé de Carlo Bugatti ayant appartenu à Alain Delon est aussi exposé. Quant à Rembrandt Bugatti, dont Alain Delon est aussi un collectionneur, il reprendra le flambeau de son père Giovanni, lui-même sculpteur, mais y apportera une approche novatrice, qui le rapproche de l’impressionnisme dans son art.

Les oeuvres de la fratrie Bugatti et de Monticelli sont à voir à Uzès jusqu'au 13 octobre • Photo : Thierry Allard

Les oeuvres de la fratrie Bugatti et de Monticelli sont à voir à Uzès jusqu'au 13 octobre • Photo : Thierry Allard

On change d’art en changeant de salle, avec 52 tableaux d’Adolphe Monticelli. Le peintre marseillais du XIXe siècle est un des précurseurs de l’impressionnisme. Ses oeuvres rappellent celles de Van Gogh, et c’est la moindre des choses, puisque « c’est grâce à lui que Van Gogh fut Van Gogh », rappelle Marc Stammegna. Grand admirateur de Monticelli, dont il vantait les oeuvres dans quantité de lettres adressées à son frère Theo et à ses amis, « Van Gogh est descendu dans le Midi pour avoir un véritable contact avec Monticelli, mais Monticelli meurt en juin 1886 et Van Gogh arrive en septembre », raconte Marc Stammegna.

Les oeuvres de la fratrie Bugatti et de Monticelli sont à voir à Uzès jusqu'au 13 octobre • Photo : Thierry Allard

Les oeuvres de la fratrie Bugatti et de Monticelli sont à voir à Uzès jusqu'au 13 octobre • Photo : Thierry Allard

L’exposition, qui présente les oeuvres les plus significatives de l’artiste, permet de revenir aux sources de l’impressionnisme, mouvement qui aura boulversé irréversiblement la peinture, mais aussi de se plonger dans les coulisses de la création du peintre, avec des palettes exposées comme des tableaux. L’occasion aussi de constater que, 200 ans après sa naissance, l’oeuvre de Monticelli conserve toute sa modernité.

Les oeuvres de la fratrie Bugatti et de Monticelli sont à voir à Uzès jusqu'au 13 octobre • Photo : Thierry Allard

« Uzès Exposition IIIe édition », jusqu’au 13 octobre à l’ancien évêché d’Uzès. Du mercredi au dimanche de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h, plein tarif 9 euros, réduit 7 euros, gratuit pour les moins de 18 ans. 

Thierry Allard

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio