Culture
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 29.04.2015 - thierry-allard - 2 min  - vu 181 fois

GARD RHODANIEN Le festival des arts numériques Trace(s), entre « son du silence » et interactivité

Hier matin, lors de la présentation du festival. De G. à D. : Daniel Michel, le maire de Bagnols et président de l'agglo du Gard Rhodanien Jean-Christian Rey, Ghislaine Courbey et Jean-Paul Fargier (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La Troisième édition du festival des arts numériques du Gard rhodanien Trace(s) se tiendra du 5 au 31 mai à Bagnols et à la Chartreuse de Valbonne.

Une édition placée sous le signe « du son du silence, explique Jean-Paul Fargier, directeur artistique du festival. C’est un hommage aux chartreux » qui avaient fait vœu de silence.

Trois lieux et des artistes de renom

Du coup, « les œuvres seront dans un développement très doux du son, entre les murmures, avec l’installation des Studios Chevalvert dans laquelle les murmures des visiteurs vont déclencher des images, et le silence total du travail de Caroline Duchatelet, qui filme la naissance de la lumière », a poursuivi le directeur artistique.

Deux temps forts de la programmation de la Chartreuse, « ce lieu qui a plus de 700 ans d’histoire et qui reste contemporain et un lieu d’accueil pour la création », note Daniel Michel, directeur du pôle aménagement et attractivité du territoire de l’agglo.

Si la Chartreuse se taille la part du lion dans la programmation, les deux lieux bagnolais ne sont pas en reste : ainsi, le centre d’art rhodanien Saint-Maur va être entièrement transformé pour la durée du festival, calfeutré pour faire ressortir au mieux les œuvres de l’artiste contemporain Djeff.

"Black Widow" de Djeff, à voir au centre Saint-Maur (DR)

La médiathèque Léon-Alègre proposera quant à elle quatre temps forts, avec notamment une rencontre avec le pionnier de l’art vidéo l’américain John Sanborn, qui viendra le 12 mai pour une rencontre, ou encore avec la nocturne numérique le 27 mai.

Des œuvres interactives et ludiques

Et cette année la programmation fait la part belle à l’interactivité : ainsi les installation de Djeff jouent avec la silhouette du spectateur et réagissent à la présence humaine, l’installation Murmur des Studios Chevalvert transforme la voix du spectateur en animations lumineuses ou encore l’installation Dyskograf du Collectif Avoka propose de créer des disques graphiques produisant des œuvres sonores singulières.

« Le numérique c’est l’interactivité, affirme Jean-Paul Fargier. On essaie d’avoir le plus possible d’œuvres interactives, très ludiques, mais pas gadget. S’il n’y en avait pas, on raterait notre coup. »

« C’est une nouvelle culture artistique, note pour sa part l’adjointe bagnolaise à la culture Ghislaine Courbey. Avec les arts numériques, la commune s’inscrit vraiment dans le XXIe siècle. » Un festival encore singulier, mais qui « prend racine sur notre territoire, estime Daniel Michel. D’ailleurs la French Tech Culture d’Avignon veut être associée et envisage une coopération pour le prochain festival. »

Le programme complet est ici. Entrée libre. L’entrée dans la chartreuse se fait via invitation gratuite. Les invitations sont à retirer dans les Offices de tourisme du Gard rhodanien. Vous pouvez également en demander à dac@bagnolssurceze.fr ou la télécharger sur le site du festival : festivaltraces.com.

Inauguration du festival mardi 5 mai à 18h30 au centre Saint-Maur, Vernissage le mercredi 6 mai à la chartreuse de Valbonne à 18h30.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais