Culture
Publié il y a 12 jours - Mise à jour le 18.11.2022 - S.Ma - 2 min  - vu 604 fois

NÎMES Izia sans frein !

Izïa

Izïa de retour à Paloma dix ans après son dernier passage. 

- S.Ma

Après une tournée des festivals l’été dernier, Izia Higelin démarre un tour de France après la sortie de son cinquième album, « La vitesse », le 3 juin 2022. Première escale à Paloma ce jeudi 17 novembre.

Comme de nombreux artistes, Izia avait dû écourter sa dernière tournée en raison de la crise sanitaire. Un sacré coup de frein, tout le monde descend du « tourbus » ! Et pourtant, loin de la scène, mais toujours près du cœur, l’artiste n’a jamais cessé de faire vivre sa musique. Un cinquième album est né, après seulement un mois et demi de gestation : « La vitesse ». Un nouveau projet ponctué de 13 pistes, qui détonne de ses précédents albums, en tout cas les deux premiers "Izïa" (2009) et "So much trouble" (2011), très rock. Déjà en 2015, la fille de Jacques Higelin avait amorcé un virage pop avec "La Vague", un nouveau tournant confirmé avec "La vitesse".

Alors son retour sur scène était très attendu, car ceux qui ont déjà assisté à un concert d’Izïa, savent bien que le rock, ce n’est pas que de la musique, c’est aussi une attitude. Celui-là, le premier de sa tournée affichait complet. Après une première partie assurée par l’artiste Blond, la chanteuse a fait son apparition sur scène. Hommage à son père d’abord, "Dragon de métal", puis très vite le show passe à la vitesse supérieure. "Un, deux, trois, je te crois, quand tu portes à bout de bras, ta force et ta foi". Izïa emprunte la voie du disco avec ce titre, "Mon cœur".

Izïa
Izïa était sur la scène de Paloma à Nîmes ce jeudi 17 novembre.  • S.Ma

Elle accélère et rattrape par le col ceux qui s’accordent une pause, figés derrière leur écran. « Allez, lâchez vos portables, de l’ambiance plutôt que des vidéos. Toi, arrête, ça fait un quart d’heure que tu es avec ton portable. » Izïa se déhanche, bouscule, puis calme le jeu avec "Calvi", s’offre des retours en arrière jusqu’à ses origines, ce rock nerveux et incisif que l’on retrouve dans "Let me alone". Il faut bien le dire, c’est ainsi qu’on la préfère.

Un problème technique – elle a perdu ses oreillettes après une danse furieuse - et voilà le public transporté d’un live techno sur "Dehors (C’est la vie)", un cri brûlant poussé par la puissance vocale de l’artiste, à une ambiance intimiste sur le titre "Idole". Une heure et demie de concert, les cheveux trempés de sueur, Izïa jette son micro par terre, c’est la fin. Un salut, une vague d’applaudissements, un dernier message : « Ne rentrez pas chez vous, trainez dehors, allez chez votre voisin. » Lumière. 

S.Ma

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais