Culture
Publié il y a 13 jours - Mise à jour le 17.11.2022 - Yannick Pons - 2 min  - vu 339 fois

NÎMES Le feu, la fumée, le soufre... et énormément de plaisir !

 Dans la peau de Gaveston, Alyzée Soudet est le personnage central de la pièce

Liberté, lumière et joie. Alyzée Soudet est Gaveston, le mignon du roi.(Photo Yannick Pons)

C'est l'histoire de ce roi anglais du XIVe siècle au temps de Philippe le Bel, Édouard II (Edward II), qui plonge son pays dans le chaos en faisant passer l’amour avant ses devoirs de souverain. À voir absolument ce soir au Théâtre de Nîmes.

La pièce écrite par le dramaturge Christopher Marlowe, né la même année que William Shakespeare, s’appelle en fait Le règne trouble et la mort déplorable d'Edouard II, roi d'Angleterre, avec la chute tragique de l’orgueilleux Mortimer (The Troublesome Reign and Lamentable Death of Edward the Second, King of England, with the Tragical Fall of Proud Mortimer).

Un roi amoureux

À la mort de son père, le nouveau Roi Édouard II, rappelle auprès de lui son amant Gaveston, son « mignon », français de surcroit, provoquant l’ire de la reine, des barons, de l’église et du parlement britanniques. Autour d'une cour décadente. Rien que ça… Banni, Gaveston revient avant d’être exécuté sur ordre de Mortimer, l’amant de la Reine Isabelle, française elle aussi.

Le roi Edouard, Claude Degliame, en captivité (Photo Yannick Pons)
Le roi Edouard, Claude Degliame, en captivité (Photo Yannick Pons)

Le feu et les flammes détruisent le royaume d’Angleterre pendant que le roi batifole avec son mignon, une "pute sur couille" selon le fier Mortimer. Avec Jean-Michel Rabeux, Bruno Geslin a adapté ce texte dans la langue de Molière avec Le feu, la fumée, le soufre, dont il signe seul la mise en scène. Rouge est l'enfer. En faisant tomber le feu et le soufre sur Sodome et Gomorrhe, Dieu a manifesté dans la Genèse sa colère contre le péché. Le titre Français serait alors une métaphore du titre Anglais. Le feu c'est le règne d'Édouard, la fumée en est la conséquence, sa mort. Et le soufre est jeté sur l'angleterre par Dieu, avec entre autre l'assassinat de Mortimer.

Passion suffocante

Dans la peau de Gaveston, Alyzée Soudet est le personnage central de la pièce. Son corps maigre androgyne dégage une puissance et une émotion incroyables. Et puis il y a le roi, joué par Claude Degliame, et son étrange voix grave et juste, mais que l’on ne comprend pas toujours. Une autre femme donc qui joue un rôle d’homme homosexuel, comme "Agrado" d'Almodovar.

Olivier Normand se glisse dans la peau de la reine Isabelle (Photo Yannick Pons)
Olivier Normand se glisse dans la robe de la reine Isabelle (Photo Yannick Pons)

Et enfin Olivier Normand se glisse dans la robe de la reine Isabelle de France, encore une inversion de genre. L'acteur offre une performance et rappelle Miguel Bosé dans Talon aiguilles, un gay transformiste en guise de reine d'Angleterre ! Des folles de cabarets illuminent la scène du théâtre de Nîmes au milieu de barons et d'hommes d'église délurés.

Je crois entendre encore

Un véritable hommage aux boîtes gays des années 80 avec ses transformistes et sa house music. Almodovar en rougirait de plaisir. D’ailleurs le rouge du feu est présent, et la techno des années 80 aussi.

Un véritable hommage aux boîtes gays des années 80 avec ses transformistes (Photo Yannick Pons)
Un véritable hommage aux boîtes gays des années 80 avec ses transformistes (Photo Yannick Pons)

Le spectacle est baroque et jouissif, et l'on se souvient du Nisi Dominus (Cum dederit) de Vivaldi en ouverture de rideau et de ce sifflement lancinant qui ressemble étrangement aux Pêcheurs de perles de Bizet. Je crois entendre encore. Eh bien oui, on croit entendre encore la voix cassée d'Alizée Soudet, le Nisi Dominus, la pénombre, la musique, les jeux de scènes visuels, le rouge, les images et la chair, le soufre, le rouge. Et on adore.

 Dans la peau de Gaveston, Alyzée Soudet est le personnage central de la pièce
Liberté, lumière et joie. Alyzée Soudet est Gaveston, le mignon du roi.(Photo Yannick Pons)

Yannick Pons

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais