Culture
Publié il y a 11 mois - Mise à jour le 05.01.2022 - anthony-maurin - 4 min  - vu 338 fois

NÎMES Sortez, allez au concert et faites vivre la ville !

Laurent Duport, Stéphane Kochoyan et Félix Akli de la Milonga del Angel (Photo Anthony Maurin).

Laurent Duport, Stéphane Kochoyan, Félix Akli et, debout au micro, Eddie Pons qui a proposé la venue d'Antonio Lizano (Photo Anthony Maurin).

C'est l'appel du 4 janvier. Un appel lancé par l'association Jazz 70 par la voix de Laurent Duport, son président, alors qu'elle dévoilait sa saison 2022 : "Sortez ! Arrêtez la morosité, soyez dans l'action et l'optimisme."

Avec Jazz 70, ne dites pas que la culture est onéreuse. Les tarifs mis en place par l'association sont attractifs et n'excèdent que très rarement les 30 euros par concert. Souvent, vous pouvez voir un excellent musicien pour moins de 20 euros. En attendant, la pandémie ne semble pas freiner les ardeurs des amateurs de jazz qui préviennent que 2022 sera une bonne année.

"Nous nous inscrivons en faux mais dans le vrai ! Nous voulons que la culture continue à apporter des choses positives au quotidien à la ville", précise Laurent Duport. Et on ne pourra pas dire que le bilan de l'année 2021 soit mauvais malgré les conséquences de la covid sur la culture... "On a répondu aux attentes et ce fut aussi l'occasion de créer de nouvelles formules inédites. En fait, nous avons passé une année plutôt positive", poursuit le président.

Pour Stéphane Kochoyan, membre de Jazz 70, "il faut revenir dans les salles de spectacles. Sur les réseaux sociaux on voit de moins en moins de photos postées depuis les salles de cinéma, concert, théâtre... Les gens ont perdu l'habitude des sorties culturelles mais Nîmes a une belle offre et il n'y a pas plus sécuritaire qu'une salle de spectacle."

Pourquoi aller à un concert de jazz ?

Sur les notes de Young Thing de Lil'Ed & the Blues Imperials, Quentin James, lui aussi membre de Jazz 70, a fait une petite vidéo retraçant l'année passée. "On essaie d'aller dans des lieux peu conventionnels pour des concerts. Nous faisons des ateliers spécifiques mais aussi des conférences. On fait pas mal de choses dont de beaux concerts comme ceux de Thomas Dutronc ou du Chicago blues festival à Rodilhan." Mais après 2021, c'est 2022 qui nous intéresse en premier lieu. Cette année encore, jusqu'au 1er juillet, Jazz 70 risque bien d'animer quelques-unes de vos plus belles soirées.

En 2022, une dizaine de rendez-vous sont inscrits au programme qui s'étale du 14 janvier prochain au 1er juillet qui suit. "Et vous savez quoi ? Si Véronique Sanson ne fait pas de jazz, ça ne nous empêchera pas de dormir !", avoue Stéphane Kochoyan en pensant à la clôture spéciale du festival 2022. Pour écouter et vivre pleinement un concert, il faut une salle. Parmi d'autres, celle qu'affectionne Jazz 70 s'appelle La Milonga Del Angel.

Alain Jean-Marie se produira avec Diego Imbert (Photo Jazz 70).

Le patron des lieux, Félix Akli, en est sûr, artistes et public aiment son club. "Au départ, nous étions le premier club en France où l'on pouvait danser le tango. Cela fait 24 ans... Le lieu se prête aussi au flamenco ou au jazz quand nous ne dansons pas. En plus, chez nous, on peut manger à table et écouter un concert et nous allons développer tout ça."

Du lourd !

Le 11 février, c'est une légende vivant du jazz, Alain Jean-Marie, l'un des plus grands pianistes au monde qui y viendra et qui jouera du piano à queue dans la salle de la Milonga. Pianiste le plus demandé par les stars internationales, Alain Jean-Marie est discret mais c'est un gros calibre. Il a même reçu la distinction du meilleur disque de l'académie de jazz 2021 pour son ultime bébé.

Yes ! Trio (Photo Jean-Marc Lubrano).

Le 18 mars, jour de son anniversaire, Eva Fernandez sera elle aussi en concert. La nouvelle génération part de temps à autres en freestyle mais elle revient toujours sur de solides bases. Autre date à cocher, celle de Yes ! Trio, un concert exceptionnel qui en est à son deuxième ou troisième report mais sur lequel l'association Jazz 70 ne lâche rien.

Andrés Roé (Photo Anthony Maurin).

Le 22 avril, Andrés Roé dévoilera son nouvel album. "Stéphane m'avait demandé de chanter en espagnol les grands classiques du jazz. Cela n'a jamais été fait sauf pour deux ou trois titres. J'ai pu récupérer ces traditions puis j'ai traduit le reste. L'album s'appelle Jazz rumba club. Il sortira une semaine avant le concert et je le dédie à mes premières amours. J'ai commencé dans les clubs perpignanais. Cet album est un hommage sur des rythmes latinos donc très enjoués. Le but était de réellement m'approprier le thème et de le jouer comme on l'entend", note Roé.

À voir ? Avant minuit !

Autre artistes gravitant autour de l'association, le dessinateur Eddie Pons. Grand habitué de l'Andalousie, il aime aussi la musique et a proposé la venue d'Antonio Lizana. "Tout se fait par des  rencontres. J'ai eu la chance de l'entendre à la Isla, là d'où venait Camaron de la Isla. Antonio Lizana mélange le jazz et le flamenco. Je suis heureux qu'il soit présent à Nîmes car c'est un nouvel artiste de la Isla qui vient nous voir pour notre plus grand bonheur."

Sly Johnson (Photo Jazz 70).

Si vous connaissez le Saïan Supa Crew vous connaissez sans nul doute son membre le plus charismatique, Sly the mic Buddah. Bon, aujourd'hui il a pris le pseudo de Sly Johnson mais il n'en demeure pas moins un habitué de Nîmes et de sa région. "C'est quelqu'un de très connu et qui fait le lien entre hip-hop et jazz", explique Stéphane Kochoyan. Le 17 mai, Koko ! Cha, le groupe nîmois qui a remporté le prix du public lors du tremplin de Jazz sera en concert mais c'est le 1er juillet que Véronique Sanson clôturera le programme avec 12 musiciens sur la scène des arènes de Bouillargues et une jauge prévue pour accueillir entre 1 000 et 1 200 personnes. En théorie le concert sera diffusé en direct à la radio et sera à écouter en podcast.

Dans un autre registre, trois films seront diffusés au cinéma Le Sémaphore. "Bird", de Clint Eastwood, "Soul Kids" (en présence du réalisateur) et une rareté... "Avant minuit" n'est autre que le making of du film de Bertrand Tavernier Round Midnight (autour de minuit) tourné par Jean Achache qui sera présent lors de la diffusion.

Si vous voulez faire partie de l'association en y adhérant, c'est par ici. Si vous voulez faire un don (déductible à 66 % de vos impôts) c'est par là.

Anthony Maurin

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais