Publié il y a 1 an - Mise à jour le 31.01.2023 - Marie Meunier - 3 min  - vu 1260 fois

GARD Florence Canel est la nouvelle directrice de l'office de tourisme Provence occitane

florence canel benoit trichot jérémie castor

Florence Canel, nouvelle directrice de la Destination Provence occitane, entourée de Benoît Trichot, vice-président délégué au tourisme à l'Agglomération, et de Jérémie Castor, président de l'office de tourisme.

- photo Marie Meunier

Depuis le 2 janvier, l'office de tourisme Provence occitane a une nouvelle directrice. Il s'agit de Florence Canel, qui travaille depuis 25 ans dans le secteur touristique. Elle présente son parcours, son ambition pour le territoire et les enjeux qui le jalonnent. 

Gardoise d'origine, Florence Canel est diplômée d'un BTS Tourisme et dispose d'une carte de guide-conférencière. Elle détient également un Master 1 de développement touristique. Elle a ensuite travaillé pendant plus de 10 ans à Cévennes tourisme qui rayonne à l'échelle d'Alès Agglo. L'année dernière, elle a fait un an au sein d'un office de tourisme en nord-Isère, avant de devenir la directrice de l'office de tourisme Provence occitane. Le poste était vacant depuis fin août. "Ce territoire est très différent de l'Isère mais ils ont comme point commun la valorisation des activités de pleine nature", indique Florence Canel. 

La nouvelle directrice est particulièrement sensible à un tourisme qui se veut plus vertueux. C'est l'orientation prise en Provence occitane depuis des années, assortie d'une forte dimension patrimoniale. Trois des quatre plus Beaux villages de France du département sont sur ce territoire, et il y a aussi plusieurs communes labellisées "Petites cités de caractère". À cela s'ajoute un troisième pilier, l'oenologie. 

"Ma priorité, c'est l'humain"

Florence Canel va veiller au développement de la destination Provence occitane, à travers ses trois points identitaires. 2023, par exemple, verra le retour de la Gran Fondo pour sa 2e édition. La réflexion s'étend même jusqu'aux moyens de communication et de promotion déployés : pas trop de papiers, pas trop d'encre, en veillant à apporter une information pertinente. 

Mais la première chose que la nouvelle directrice a fait en arrivant à son poste, c'est de rencontrer les équipes et voir comment avancer dans un objectif commun. "Ma priorité, c'est l'humain. C'est aussi la valeur ajoutée d'un territoire. Quand les gens reviennent de leurs vacances, ils retiennent en général les échanges qu'ils ont eu avec le gérant du camping, avec un vigneron", avance-t-elle. 

En devenant directrice de la Provence occitane, Florence Canel s'attellera à l'animation touristique, mais aussi à la partie soutien des socioprofessionnels. "Que ce soient les campings, les hébergeurs, les prestataires d'activité, il faut pouvoir les former à un tourisme écodurable. L'office de tourisme est un support pour les formateurs", explique Jérémie Castor, président de l'office de tourisme Provence occitane. 

Travailler la promotion du territoire en amont des séjours

Une réflexion est aussi lancée pour apporter davantage de services de proximité aux personnes habitant ici. Depuis peu, il est possible de se procurer des titres de transport TER à l'office de tourisme de Pont-Saint-Esprit. L'idée est également d'aménager une boutique offrant un panel de produits locaux. L'objectif serait de donner de la visibilité aux producteurs partenaires et de mettre en valeur les gourmandises typiques du territoire. 

La nouvelle directrice est bien consciente que les habitudes des touristes ont changé. Que la fréquentation des points d'accueil touristiques diminue. La stratégie aujourd'hui est un peu différente : "Seules 10 à 20 % des personnes en séjour sur le territoire franchissent le seuil de nos points d'accueil touristiques aujourd'hui. Mais ça ne veut pas dire que l'office de tourisme n'a pas sa carte à jouer. Il faut aussi travailler en amont, lors de la préparation du séjour. Il y a un gros travail de promotion, on fait par exemple venir des influenceurs pour mettre en valeur le territoire." Et Jérémie Castor de rebondir : "Les visiteurs arrivent de moins en moins par hasard sur un territoire. Ils ont vu un influenceur, un reportage... Il faut faire vivre l'image du territoire."

L'Instant vigneron, le nouveau rendez-vous à l'espace Rabelais

Pas toujours facile pour ce bout du Gard niché entre Uzès, Avignon, le Pont du Gard et l'Ardèche de se faire une place. "C'est un challenge de valoriser ce territoire. Cette centralité est aussi sa force. Il peut devenir un vrai camp de base pour séjourner et rayonner autour. Les touristes se moquent bien des limites administratives", glisse Florence Canel. Cette situation en dehors des gros flux touristiques s'inscrit bien dans une politique de tourisme plus familial, plus vert, où les visiteurs prennent le temps.

La directrice poursuit : "Après le covid, on a appris beaucoup de choses. Notamment que les visiteurs se détachent de la ville, cherchent les activités de pleine nature, mais aussi qu'ils sont en quête d'expériences, d'activités spécifiques à un lieu." En Provence occitane, on mise sur l'oenotourisme. Une nouvelle activité vient d'ailleurs d'être lancée : l'Instant vigneron. Toutes les trois semaines, un domaine sera à l'honneur à l'espace Rabelais, à Bagnols-sur-Cèze. Plus d'informations en cliquant ici. 

Marie Meunier

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio